Actualisé 26.08.2009 à 13:21

Affaire Kadhafi

La Libye exigeait des cours de savoir-vivre pour la police genevoise

Selon une information de la RSR, la Libye avait quatre exigences avant la visite de Hans-Rudolf Merz à Tripoli, dont le payement d'une grosse somme d'argent et la suspension de trois policiers genevois.

de
mac

Dans son journal de 12h30, la Radio suisse romande revient sur les exigences de la Libye envers la Suisse lors des dernières négociations avec le département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Les deux premières exigences étaient en partie connues. La première concernait des excuses de la part de la Suisse, la deuxième demandait le versement de 20 millions de dollars. La troisième et la quatrième exigences concernaient directement la police genevoise. Tripoli réclamait la suspension de trois policiers ainsi que la mise sur pied de cours de savoir-vivre.

Les services du président de la Confédération Hans-Rudolf Merz n'ont mercredi matin toujours pas confirmé qu'un avion se trouve à Tripoli pour ramener les deux otages. Selon Jean Ziegler et plusieurs sources concordantes, l'appareil aurait atterri mardi après-midi sur un aéroport militaire proche de Tripoli.

La pression n'a cessé d'augmenter ces derniers jours sur Hans- Rudolf Merz qui a présenté jeudi dernier les excuses de la Suisse pour l'arrestation d'Hannibal Kadhafi en juillet 2008 à Genève. En échange, il a obtenu l'assurance orale du premier ministre libyen que les deux Suisses seraient de retour avant la fin de la semaine.

Le Conseil fédéral, réuni mercredi pour sa séance hebdomadaire, doit aborder le sujet. Les discussions promettent d'être animées, certains membres à l'instar d'Eveline Widmer-Schlumpf ayant émis des réserves quant à l'action de M. Merz. Le gouvernement doit tenir une conférence de presse aujourd'hui à 15 heures. Mais pour l'instant, seule la présence de Moritz Leuenberger a été confirmée. (mac/ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!