06.08.2020 à 15:21

IstanbulLa livre turque dégringole face au dollar

Depuis le 1er janvier, la devise turque a perdu près de 20% de sa valeur face au billet vert. Ce jeudi elle a atteint son plus bas historique face au dollar et à l’euro.

La nouvelle dégringolade de la livre turque intervient alors que les marchés s’inquiètent de la fonte des réserves en devises étrangères de la Banque centrale. (archives)

La nouvelle dégringolade de la livre turque intervient alors que les marchés s’inquiètent de la fonte des réserves en devises étrangères de la Banque centrale. (archives)

KEYSTONE/AP/Omer Kuscu

La livre turque a atteint jeudi un plus bas historique face au dollar et à l’euro, en dépit des efforts fournis depuis des mois par Ankara pour enrayer l’affaissement de sa devise.

La livre turque s’échangeait à 7,29 contre un dollar vers 15h, essuyant une perte supérieure à 3% depuis le début de la journée. Depuis le 1er janvier, la devise turque a perdu près de 20% de sa valeur face au billet vert.

La livre a aussi enregistré jeudi son plus faible niveau historique contre l’euro, s’échangeant à près de 8,64 contre la monnaie européenne à 15h.

Cette nouvelle dégringolade intervient alors que les marchés s’inquiètent de la fonte des réserves en devises étrangères de la Banque centrale turque, qui semble avoir dépensé sans compter ces derniers mois pour soutenir la monnaie nationale.

Les banques publiques ont également été poussées à vendre des dollars pour aider la livre.

En plus d’alimenter l’inflation, l’affaiblissement de la livre alourdit le fardeau déjà écrasant de la dette libellée en devises étrangères qui pèse sur de nombreuses entreprises turques.

Affirmant qu’elle suivait la situation «de près», la Banque centrale turque a annoncé jeudi dans un communiqué qu’elle allait «utiliser tous (ses) instruments pour réduire l’extrême volatilité visible sur les marchés».

«Efforts vains»

«La Banque centrale fait de son mieux pour résister, mais nous pensons que ces efforts sont vains et que la livre turque va encore se déprécier», a néanmoins estimé jeudi dans une note le cabinet Capital Economics, qui anticipe une chute de la devise turque jusqu’à 7,50 contre un dollar.

«Si les tensions avec l’Europe ou les inquiétudes liées à la gouvernance économique en Turquie devaient s’aggraver, le risque d’une baisse bien plus importante et abrupte augmenterait», a-t-il ajouté.

La chute de la livre illustre aussi la défiance accentuée ces dernières années entre les marchés et Ankara, notamment depuis une tentative de putsch en 2016 qui a été suivie d’une ferme reprise en main des affaires économiques par le président Recep Tayyip Erdogan.

Ainsi, les baisses répétées du principal taux directeur de la Banque centrale depuis un an ont stupéfié les économistes, qui l’exhortent au contraire à relever ses taux pour contrer l’inflation.

Cette dernière s’élève actuellement à 11,76% en rythme annuel.

Le président Erdogan s’oppose fermement à toute hausse des taux d’intérêt, qu’il a qualifiés de «mère et père de tous les maux».

La dépréciation de la livre turque renforce aussi les inquiétudes sur les capacités de l’économie turque à se remettre de la pandémie de Covid-19, qui a frappé alors que le pays se relevait à peine de sa première récession en une décennie.

L’épidémie a notamment touché de plein fouet le tourisme, un secteur vital pour l’économie turque.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!