Ski nordique - Mondiaux Oslo: La locomotive Cologna déraille
Actualisé

Ski nordique - Mondiaux OsloLa locomotive Cologna déraille

Un accroc dans le dernier tour de la poursuite a ruiné la course du Grison (24e), hier aux Mondiaux d'Oslo. Northug a glané l'or.

par
Oliver Dufour
Oslo
Le Suisse a commencé à faiblir dans les trois derniers kilomètres.

Le Suisse a commencé à faiblir dans les trois derniers kilomètres.

La Suisse est toujours bredouille sur la colline d'Holmen­kollen. Très attendu dans le 30 km, Dario Cologna a longtemps porté les espoirs d'une première médaille. Filant bon train sur la majeure partie du parcours, la locomotive du Val Müstair a pourtant déraillé au plus mauvais moment, à 3 km de l'arrivée. La voie royale s'est alors ouverte au Norvégien Petter Northug, qui a fait rugir de plaisir ses dizaines de milliers de compatriotes spectateurs avec son cinquième titre mondial. Il a devancé les Russes Maxim Vylegzhanin et Ilia Chernousov.

«Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé, a plaidé Cologna. Mon ski a soudain chassé, puis un Russe (n.d.l.r.: Alexander Legkov) a passé dessus et j'ai dû m'arrêter. Mais ma course était déjà jouée. Je n'avais plus la force de suivre le rythme qui augmentait.»

L'aveu de faiblesse du fondeur suisse n'est pas de bon augure, avant les trois dernières courses inscrites dans son agenda. «Je dois peut-être me greffer de nouvelles jambes d'ici à mardi», s'est-il esclaffé. Dario Cologna disputera demain le 15km classique. «Il est en bonne forme et ses deux plus grandes chances de médailles sont encore à venir, avec surtout le 50km de dimanche», a positivé son entraîneur personnel, Fredrik Aukland.

Classement final

1. Peter Northug (No)

2. Maxim Vylegzhanin (Rus) à 0''7

3. Ilia Chernousov (Rus) à 1''2

Puis: 24. Dario Cologna (S) à 54''2

33. Remo Fischer (S) à 2'55''

54. Toni Livers (S) à 5'55''

Alex Harvey

Fondeur québécois, 12e de la course

Sur les traces de son papa

«J’ai mené presque toute la seconde partie en skating. Puis je ne sais pas ce qui s’est passé. J’ai eu des crampes à l’aine et je n’arrivais plus à poser mon ski comme il faut. Je suis vraiment déçu de cette occasion manquée. Je n’avais eu aucun problème jusque-là. Je me sentais bien et quand j’ai vu l’ouverture, j’ai attaqué. Mais je n’ai pas forcé. Mon allure était régulière et naturelle jusqu’à ce que les douleurs arrivent. Si j’ai pensé à mon père (n.d.l.r.: Pierre Harvey, titré sur 50km à Holmenkollen durant la Coupe du monde de 1988) pendant ma course? Non, uniquement à atteindre la ligne d’arrivée et à bien skier techniquement.»

Ils ont dit:

Remo Fischer (33e à 2’55’’)

«C’est un résultat pourri, je ne peux pas le nier. Mais j’ai eu de bonnes sensations, surtout sur la seconde partie en skating. Ca ma permis de voir où j’en étais, de m’assurer que je n’avais pas de problèmes. Pour ça, je ne suis pas mécontent.»

Toni Livers (54e à 5’55’’)

«Le début du skating s’est plutôt bien passé. Par la suite je n’ai pas été capable de tenir la cadence et ma position. Les sensations n’étaient pas au top. Maintenant, l’objectif est le relais de vendredi. J’espère vraiment qu’il se passera mieux.»

Ton opinion