NEUCHÂTEL: La loi sur la fumée contraint les bistrots à se transformer
Actualisé

NEUCHÂTELLa loi sur la fumée contraint les bistrots à se transformer

Avec l'interdiction prochaine de fumer dans les établissements publics, les tenanciers se doivent de repenser leurs bistrots.

par
Jean-Bernard Mani

Non, ce n'est pas un poisson d'avril. C'est bien le 1er avril qu'entrera en vigueur l'interdiction de fumer dans les établissements publics dans le canton de Neuchâtel. Reste que le règlement d'application pour la protection contre le tabagisme passif n'a été publié que le 6 mars, soit moins de 25 jours avant la date fatidique.

Sur le terrain, la situation est claire. «Pour ceux qui ont décidé de ne pas créer de fumoir, c'est simple. Ils n'auront qu'à jeter leurs cendriers le 1er avril, déclare Michel Vuillemin, président de GastroNeuchâtel. Pour les tenanciers qui veulent offrir un fumoir, comme prévu par la loi, c'est le flou. Un temps d'adaptation aurait été nécessaire.» La réflexion de Michel Vuillemin va plus loin quant à l'avenir du troquet du coin. «Avec l'introduction du 0,5‰ et la peur des clients de perdre leur permis de conduire, et maintenant l'interdiction de fumer, il faut repenser l'établissement public.»

Pour faire passer la pilule aux inconditionnels du tabac, «pourquoi ne pas proposer le prêt de couvertures pour les clients qui sortent fumer en hiver ou des parapluie en cas d'averses? On pourrait imaginer l'installation d'un coin extérieur pour fumer. Un investissement certainement moins élevé que la construction d'un local fumeur intérieur, sans service et ventilé selon les règles de la loi», ajoute le président de GastroNeuchâtel.

Ton opinion