Jeux de hasard: La Loterie Romande s'en sort bien malgré la crise
Actualisé

Jeux de hasardLa Loterie Romande s'en sort bien malgré la crise

La Loterie Romande se porte bien malgré la crise. L'institution enregistre une hausse de 3,5% de ses revenus, à 366 millions de francs, et de 5,1% de son bénéfice brut, à 185 millions. Elle continue son combat politique pour assurer son rôle d'utilité publique.

La Loterie Romande continue son combat politique pour assurer son rôle d'utilité publique.

L'initiative «Pour des jeux d'argent au service du bien commun», soutenue par la Loterie Romande, a déjà engrangé plus de 194'000 signatures, a annoncé mardi le président de l'institution Jean-Pierre Beuret. Elle sera déposée le 10 septembre prochain à la Chancellerie fédérale.

«L'initiative est l'arme des désespérés», a commenté M. Beuret. La démarche a toutefois déjà eu l'effet escompté: jusqu'ici totalement sourde aux revendications des cantons et des loteries, la Confédération se montre désormais prête au dialogue. La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a initié une concertation «de bon augure» entre les différents protagonistes du secteur.

Actrice incontournable

La Loterie Romande ne manque jamais de souligner sa contribution «cruciale» aux milieux culturels, sociaux et sportifs romands. Une fois déduit le 0,5% du produit des jeux affecté à la prévention du jeu excessif, le bénéfice est intégralement versé aux organes de répartition cantonaux, a souligné le directeur général Jean-Luc Moner-Banet. Quelque 2500 organisations en ont profité en 2008.

La «LoRo» est aussi un employeur important: l'institution compte 291 collaborateurs directs. Mais, au travers de ses 2900 points de vente, elle génère l'équivalent de 1200 à 1400 postes de travail supplémentaires.

L'institution est aussi soucieuse de démontrer sa gestion exemplaire. Elle a décroché en 2008 la certification de l'Association mondiale des loteries et celle des Loteries européennes. Ces labels reflètent également l'engagement social la Loterie Romande en faveur du jeu responsable.

Le tirage et le grattage

Chaque Romand a joué 203 francs en moyenne l'an passé. Les jeux de tirage ont rapporté 139,3 millions: le Swiss Lotto (-3,9% à 57,1 millions) souffre un peu du succès insolent de l'Euromillion (&11,8% à 68 millions). Revenu à son ancienne formule après une modernisation ratée, le Loto-Express renoue avec le succès (&72,8% à 11,6 millions).

Les billets à gratter enregistrent un léger tassement (-3,8% à 86 millions) alors que le grattage virtuel du Tactilo affiche une nette progression (&7,8% à 107,1 millions). Le PMU reste stable à 29,2 millions.

L'avenir en ligne

La Loterie Romande s'inquiète en revanche du net recul des autres paris sportifs (-21,9%). Ce segment ne représente que 4,5 millions des ventes, mais il est destiné à une grande croissance. «Nous voulons offrir une alternative légale aux jeux en ligne illégaux», proclame le directeur général. La plate-forme de jeux sera élargie sur internet, mais aussi pour les téléphones mobiles.

La relativement bonne résistance à la crise des affaires semble se confirmer sur le début de l'année 2009. La vente de billets à gratter a repiqué et le Swiss Lotto a mis en jeu samedi le plus gros jackpot de son histoire, a souligné M. Moner-Banet.

(ats)

Ton opinion