Actualisé 25.10.2010 à 17:16

CardinalLa lutte a payé, selon Unia

La lutte du personnel de la brasserie Cardinal, à Fribourg, a permis d'obtenir que près de 50% du personnel a retrouvé un emploi dans l'agglomération du chef-lieu ou bénéficie d'une retraite anticipée.

La moitié du personnel a retrouvé «une perspective claire», selon le syndicat Unia.

La moitié du personnel a retrouvé «une perspective claire», selon le syndicat Unia.

La mobilisation en faveur du personnel concerné par la fermeture de la brasserie Cardinal à Fribourg a payé. A l'issue des négociations entre les partenaires sociaux, plus de la moitié des quelque 75 collaborateurs touchés ont obtenu des perspectives plus favorables.

«Dures», les négociations ont permis de faire bénéficier 30 personnes nées avant 1955 d'une retraite anticipée à 60 ans, soit douze de plus qu'annoncé initialement par le propriétaire du site fribourgeois Feldschlösschen, a annoncé lundi Unia. De plus, le brasseur argovien contrôlé par le géant danois Carlsberg s'est engagé à garantir une dizaine d'emplois au centre logistique de Givisiez (FR), contre trois au départ.

Arracher des concessions

Les indemnités de départ pour les personnes ne pouvant accepter un emploi au sein du groupe Feldschlösschen ont été revues en nette hausse, celles-ci s'étendant entre six mois, au minimum, et plus de dix mois, au maximum. Les collaborateurs acceptant un emploi à Rheinfelden (AG), Sion ou Satigny (GE), se verront comptabiliser deux heures de déplacement comme temps de travail durant trois ans.

Le brasseur argovien s'est également engagé à prendre en charge les frais de déplacement durant trois ans et à augmenter les indemnités de déménagement, notamment. Selon Unia, la collaboration entre le syndicat et la représentation du personnel a permis «d'arracher une à une chaque concession» à Feldschlösschen.

Engagements à tenir

Les salariés du site fribourgeois ont accepté lundi après-midi le résultat de ces négociations à la quasi-unanimité. Le syndicat rend hommage à la détermination des employés concernés qui n'ont pas hésité à débrayer pendant une heure au début du mois d'octobre ainsi qu'à la manifestation de soutien qui a réuni 3000 personnes début septembre à Fribourg.

Fort de l'obtention de cet accord qu'il juge très bon, Unia appelle la ville de Fribourg, le canton et les structures de promotion économique à prendre leurs responsabilités pour garantir le maintien du savoir-faire dans la cité des Zähringen. Pour mémoire, Feldschlösschen a prévu de vendre la parcelle à l'Etat et à la ville.

Lente érosion

L'annonce de la fermeture de Cardinal fin août avait suscité une vive émotion à Fribourg, cependant pas aussi prononcée qu'il y a treize ans lorsque la brasserie a été sauvée une première fois de la fermeture. Depuis plusieurs années, le site de Fribourg subissait une lente érosion.

Les centres de décision ont été retirés au fur et à mesure et il ne reste actuellement que la production pure. La décision de fermeture fait suite au transfert d'une commande de production de Carlsberg vers sa filiale française Kronenbourg, qui va faire perdre à Feldschlösschen plus de 20% du volume global de sa production en Suisse. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!