JO 2020: La maire de Madrid se ridiculise avec un discours
Actualisé

JO 2020La maire de Madrid se ridiculise avec un discours

Passé le choc de l'élimination de Madrid pour l'organisation des Jeux olympiques de 2020, les moqueries sur le discours dans un anglais chancelant de la maire de Madrid, Ana Botella, fusent.

Plus que les commentaires sur l'élimination, l'expression employée samedi par Ana Botella, «A relaxing cup of café con leche in Plaza mayor» («Une relaxante tasse de café au lait sur la Plaza Mayor»), pour vanter les mérites de cette place touristique du centre historique de Madrid, est la plus reprise en Espagne sur les réseaux sociaux et dans la rue.

La maire conservatrice de Madrid et par ailleurs épouse de l'ex-chef du gouvernement José Maria Aznar a martelé cette phrase devant le Comité international olympique (CIO) réuni à Buenos Aires, dans un discours en anglais déclamé avec conviction mais avec un fort accent espagnol et parsemé de clichés qui n'ont pas échappé à ses concitoyens, prompts à l'auto-dérision.

Prononciation «ridicule»

Dès lundi à la mi-journée, un t-shirt parodiant le logo de la chaîne de café Starbucks et montrant son visage encadré de la désormais célèbre périphrase était en vente en ligne pour 18 euros.

Sur internet, une vidéo vue des dizaines de milliers de fois montrait l'intégralité de son discours sous-titré dans un anglais phonétique, ridiculisant sa prononciation, comme avec ce «Diar Allosi Menbers, Leidisan yentelman» (Dear IOC members, ladies and gentlemen). Le discours avait même déjà été remixé plusieurs fois.

Les «hashtags» #relaxingcup et #AnaBotella étaient largement diffusés sur le réseau social Twitter où le compte @Relaxingcup comptait déjà plus de 10'000 abonnés lundi à la mi-journée.

Pas la première gaffe

Aux plaisanteries se mêlaient aussi les commentaires indignés sur le manque de formation en langues des dirigeants espagnols dans un pays où les jeunes, même diplômés, peinent à trouver du travail dans un pays au taux de chômage de 26,26%.

D'autant qu'Ana Botella, même si elle a fait l'effort de parler anglais, s'est déjà illustrée par des gaffes retentissantes. Seul le prince héritier Felipe s'est exprimé en trois langues (anglais, espagnol, français), une performance soulignée dans les médias espagnols, tandis que le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy s'est lui borné à l'espagnol.

Personnalité controversée, l'épouse de José Maria Aznar, 59 ans, n'est entrée en politique qu'en 2003. Elle a pris la tête de la mairie de Madrid en décembre 2011 sans passer par les urnes, après le départ du maire Alberto Ruiz-Gallardon passé lui au gouvernement. (ats/afp)

Ton opinion