Afrique du Sud: La maladie de Mandela dope la vente de souvenirs
Actualisé

Afrique du SudLa maladie de Mandela dope la vente de souvenirs

La longue maladie de Nelson Mandela, toujours hospitalisé dans un état critique, inquiète l'Afrique du Sud, mais elle a dopé les ventes de goodies qui lui sont consacrés.

De nombreuses librairies du pays ont mis en avant des présentoirs d'ouvrages sur Mandela. Chez Exclusive Books, à Hyde Park, la plus grande librairie de Johannesburg, pas moins de 26 livres consacrés au grand homme sont mis en avant: ses mémoires, des recueils de citations, des biographies, des albums de photos...

Amanda Coetzee, une comptable, saisit un exemplaire d'«Un long chemin vers la liberté», la célèbre autobiographie de Mandela qui coûte en Afrique du Sud la coquette somme de 409 rands (31 euros). «J'ai un peu honte, parce que je ne l'ai jamais lu, après toutes ces années. Il a été sans doute le meilleur dirigeant possible, il a évité un bain de sang en Afrique du Sud» à la fin de l'apartheid, en négociant une transition apaisée vers la démocratie, dit-elle. Les clients «achètent plus, depuis la semaine dernière, ils achètent beaucoup», témoigne Lucy Ngomane, une des libraires. «Ça a plus que doublé!»

«Hier, quelqu'un est venu et a acheté treize exemplaires d'«Un long chemin vers la liberté» et un autre a pris six exemplaires du portrait, qui coûte 570 rands» (45 euros), raconte-t-elle. La librairie a repassé commande chez l'éditeur, alors que le héros national âgé de 94 ans est à l'hôpital depuis le 8 juin pour une nouvelle infection pulmonaire, son état étant jugé critique depuis plusieurs jours. On est également satisfait dans le grand centre commercial du quartier des affaires de Sandton, où transitent la plupart des touristes visitant Johannesburg. Chez les libraires, bien sûr, mais aussi dans les boutiques qui vendent souvenirs et vêtements à l'effigie de l'icône mondiale de la réconciliation.

«Mandela fait vendre!»

Suivant les instructions du père de la nation, la Fondation Mandela est censée faire la chasse à l'exploitation de son image à des fins commerciales. Mais elle n'a pu s'opposer à l'appétit du gain de certains de ses enfants. Et elle-même a autorisé des lignes de vêtements afin lever des fonds pour plusieurs bonnes oeuvres. Tout un arrivage vient d'arriver chez Jacana, un magasin de souvenirs d'inspiration africaine. «Nous recevons ces T-shirts tous les ans, avant l'anniversaire de Mandela», le 18 juillet, explique la vendeuse Shana Melansky. Ils sont édités pour ce jour reconnu par l'ONU, au cours duquel tous les citoyens du monde sont invités à faire une bonne action.

Un T-shirt manches longues coûte 320 rands (24 euros), tandis qu'un autre où est marqué «L'histoire dépend de qui l'a écrite», avec le visage de Mandela, est à 245 rands (18,50 euros). «Beaucoup de gens les achètent! Nous avons eu beaucoup de touristes ces derniers temps.» On se réjouit aussi chez Sowearto, un magasin qui vend notamment de jolis T-shirts, surtout pour les enfants, à l'effigie de l'ancien président (180 rands, 13,60 euros). «Mandela fait vendre!» sourit une vendeuse.

Un peu plus loin, le grand magasin Stuttafords vend la marque de vêtements «46664», lancée il y a deux ans en référence au numéro matricule du prisonnier Nelson Mandela, et dont une partie des revenus va à sa fondation pour la lutte contre le sida. Prince, un employé, explique que les ventes ont augmenté ces derniers jours.

«Les ventes ont explosé depuis qu'il a été hospitalisé»

Sur le stand, John Buthelezi, un ingénieur, hésite. «Il est mon héros, c'est le père de la nation, mais c'est un peu cher!» Les chemises aux imprimés colorés qui rappellent directement les célèbres «Madiba Shirts» de Nelson Mandela coûtent 700 rands (55 euros). Sonwabile Ndamase, l'inventeur des «Madiba Shirts» originales, se frotte aussi les mains: «Les ventes ont explosé depuis qu'il a été hospitalisé», a-t-il déclaré au «Times». «Un certain nombre d'entreprises achètent des Madiba Shirts pour son anniversaire. Elles veulent que leurs employés les portent!» Il les vend 850 rands (75 euros) pièce.

A Pretoria, Godfrey Mootitsi débite carrément au mètre des tissus imprimés à la gloire de Nelson Mandela devant l'hôpital où il est soigné. A 100 rands (7,60 euros) l'unité, c'est plus de deux fois le prix normal. Tout le monde n'est pourtant pas si heureux. Devant la vieille maison du grand homme à Soweto, Kony se désole: «Il y a beaucoup plus de monde que d'habitude, mais il n'y a que des journalistes et ils n'achètent rien!» (afp)

Ton opinion