Russie: La maladie du charbon tue un jeune garçon
Actualisé

RussieLa maladie du charbon tue un jeune garçon

Toute une région est en quarantaine par crainte de la contamination. L'infection a conduit à l'hospitalisation de dizaines de personnes et à l'abattage de centaines de rennes.

Image d'illustration.

Image d'illustration.

photo: Keystone/AP

Un garçon de 12 ans est mort de la maladie du charbon, appelée aussi anthrax, et des dizaines de personnes ont été hospitalisées par crainte de contagion dans le Grand Nord russe, ont annoncé lundi les autorités locales.

Située à 2000 km au nord-est de Moscou, la région peu peuplée de Yamalo-Nenets est placée sous quarantaine depuis une semaine par les autorités après l'infection par l'anthrax des troupeaux d'au moins neuf éleveurs nomades de rennes.

Un garçon est mort «à l'hôpital», a indiqué lundi dans un communiqué le gouverneur de la région, Dmitri Kobylkine.

Infection aiguë et mortelle

La maladie du charbon, ou anthrax, est une infection aiguë qui touche aussi bien l'animal que l'homme. La bactérie (Bacillius anthracis) existe dans la nature et est aussi considérée comme une arme bactériologique. Elle est mortelle, à moins de prendre des antibiotiques très rapidement.

La région de Yamalo-Nenets avait été considérée dès 1968 comme exempte de cette bactérie et aucun cas n'y avait été recensé depuis 1941 dans la population ou sur des animaux. Mais un été anormalement chaud, avec des températures dépassant les 35 degrés dans la région, a fait fondre le permafrost, les sols gelés du Grand Nord, et exposé, selon les autorités, un cadavre de renne infecté.

«Après 75 ans, (l'infection) est revenue et a pris la vie d'un enfant», a déploré le gouverneur.

Troupeaux abattus

Pas moins de 72 personnes, dont 41 enfants, ont également été hospitalisés dans la principale ville de la région, Salekhard, pour limiter les risques de contagion parmi la population, essentiellement constituée de tribus nomades élevant des rennes.

Des tests médicaux ont établi que huit d'entre eux, en plus de l'enfant mort, avaient été contaminés par cette infection aiguë.

Par ailleurs, un total de plus de 2300 rennes ayant pu avoir été contaminés ont été abattus dans cette région, qui en compte 250'000. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion