Actualisé 16.01.2015 à 11:17

Pakistan

La manif anti-«Charlie Hebdo» tourne mal

Des heurts violents entre policiers et manifestants anti-«Charlie Hebdo» ont fait des blessés devant le consulat français de Karachi, selon un journaliste de l'AFP.

1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

Les policiers pakistanais ont effectué des tirs de sommation et utilisé le canon à eau pour disperser des manifestants, selon ce journaliste qui a fait état d'au moins deux blessés.

Les grands partis islamistes du pays avaient appelé à des manifestations nationales pour dénoncer la publication d'une nouvelle caricature du prophète Mahomet en Une du journal satirique français.

Des manifestations avaient aussi lieu vendredi à Islamabad, Lahore (est), Peshawar (nord-ouest), et Multan (centre) où un drapeau tricolore français a été brûlé, selon un journaliste de l'AFP sur place.

«Caricatures blasphématoires»

Le Pakistan, deuxième pays musulman le plus peuplé au monde avec près de 200 millions d'habitants, avait officiellement condamné l'attaque meurtrière la semaine dernière contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts et ne cesse de défrayer la chronique au «pays des purs».

Mais au cours des derniers jours, le ton s'est durci, notamment avec une manifestation à Peshawar (nord-ouest) en hommage aux frères Chérif et Saïd Kouachi, auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo. Et jeudi, le Premier ministre Nawaz Sharif et le parlement ont condamné la publication de «caricatures blasphématoires» selon le texte d'une résolution adoptée à l'unanimité par les parlementaires. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!