Biopic - La maquerelle la plus en vue de Paris, c’était elle!
Publié

BiopicLa maquerelle la plus en vue de Paris, c’était elle!

Netflix dresse le portrait d’une élégante criminelle et s’encanaille avec «Madame Claude».

par
Marine Guillain

«Avec les hommes, il n’y a que deux choses qui marchent: la cuisine et le sexe. Moi je n’ai jamais été douée pour la cuisine.» Voilà ce que disait Madame Claude. Partie de rien, cette femme gangster, escroc, menteuse et fraudeuse monta un immense réseau de prostitution de luxe dans les années 1960. Elle avait 500 filles qu’elle proposait à des clients puissants (JFK, le shah d’Iran, Marlon Brando…) et a longtemps bénéficié d’impunité.

Le film

Dans «Madame Claude», Sylvie Verheyde restitue une dizaine d’années de la vie de cette femme de pouvoir (Karole Rocher), de son apogée à sa chute. Elle se focalise sur une deuxième femme tout aussi fascinante, mais pour le coup, inventée: Sidonie (Garance Marillier), une des «filles» de la maquerelle.

La proxénète (Karole Rocher) a le goût de la fourrure.

La proxénète (Karole Rocher) a le goût de la fourrure.

Madame Claude…

… vue par Sylvie Verheyde «Comme tous les bandits, elle nous interroge sur l’état de notre société. Aujourd’hui encore, elle reste une figure d’émancipation sociale et féministe. Mais elle n’en demeure pas moins un monstre.»

Repérée

Roschdy Zem, Pierre Deladonchamps, Hafsia Herzi, Benjamin Biolay… Au milieu de ce casting alléchant, une étoile brille: Garance Marillier, révélée dans «Grave», crève l’écran.

L’avis

Dans un décor léché, le biopic décortique le fonctionnement d’un réseau hors normes et casse le mythe glamour. On valide!

«Madame Claude», de Sylvie Verheyde. Avec Karole Rocher, Garance Marillier. ***

Courts du cru à voir en ligne

Bluewin a lancé un concours de courts métrages. Les dix finalistes sont à découvrir en ligne gratuitement sur www.bluewin.ch jusqu’au 14 avril. Les trois gagnants seront ensuite projetés dans plusieurs salles obscures du pays.
Côté francophone, jetez un œil à «Mayflower», de Viola von Scarpatetti, et à «Marie & Larry», de Benoît Dietrich. Dans le premier, une comédienne est renvoyée à sa propre relation avec son père, alors qu’elle passe une audition de théâtre. Dans le second, un jeune couple riche à qui tout réussit s’ennuie dans son existence opulente.

À lire aussi:

Ton opinion

16 commentaires