Actualisé 02.04.2020 à 07:39

E-sport

La «March Madness» a bien eu lieu

La dernière ligne droite des championnats européen et nord-américain de «League of Legends» a rempli toutes ses promesses.

de
mey
Les fans de "League of Legends" ont été comblés pour la fin de saison en Europe et en Amérique du Nord! (Crédit: Riot Games)

Les fans de "League of Legends" ont été comblés pour la fin de saison en Europe et en Amérique du Nord! (Crédit: Riot Games)

Colin Young-wolff

Les fans de basket universitaire américain n'ont pas pu vibrer tout le mois de mars au rythme de la folie de la célèbre «March Madness». Mais les fans de «League of Legends» («LoL») ont été servis, et plutôt deux fois qu'une, malgré les bouleversements liés au coronavirus (changements de calendrier, parties en ligne). En témoigne le dernier week-end de la saison régulière.

LEC

En Europe, les deux dernières journées du LEC ont au mieux servi à établir la place finale de chaque équipe, les qualifiés pour les play-off étant tous connus avant cet ultime week-end. Cela a permis à certaines teams d'assurer le spectacle. Et quel spectacle!

G2 a tout d'abord tenu à prendre sa revanche contre Schalke 04, qui lui avait infligé sa première défaite de la saison. Wunder, Jankos et surtout Perkz ont été impressionnants dans un match déjanté. Le lendemain, G2 a opté pour un véritable bain de sang face à Misfits. Malgré des picks... improbables, comme le choix de Wunder de jouer Bard en toplane, il est vrai face au Teemo de Dan Dan. Avec cette double victoire, le leader G2 affiche un bilan de 15 victoires pour 3 défaites.

En termes de folie, Fnatic n'a pas été en reste. Face à Vitality, l'équipe de Rekkles a opté pour une partie champagne, en inversant les positions d'Hylissang (support) et de Bwipo (top) avec un Nemesis sur le champion Graves au mid en mode godlike. Mais le rouleau-compresseur de la compo n'a pas résisté à la décontraction de Fnatic qui, en cherchant à tout prix le beau jeu, a offert sur un plateau la victoire à son adversaire, qui n'en demandait pas tant.

La structure française Vitality a ainsi conclu sa saison sur une victoire totalement inespérée. Cette offrande de Fnatic lui permet de finir avec 2 victoires pour 16 défaites, égalant le pire résultat en Europe, réalisé par H2K. Vitality est donc passé très près d'un autre record dans les ligues majeures, «détenu» par Coast en 2015 (1 victoire, 17 défaites). La structure française plombée par un inoffensif Saken durant une bonne partie de la saison et par plusieurs problèmes hors compétition aura donc très fort à faire pour relever la tête cet été.

LCS

En Amérique du Nord (LCS), un scénario complètement fou s'est également déroulé. Alors que seul Cloud9 était assuré de terminer à la première place et CLG à la dernière, tout était ouvert entre les huit autres équipes à deux journées de la fin. A commencer par la lutte pour les play-off, à laquelle les quadruples tenants du titre de Team Liquid étaient toujours mêlés, malgré une saison catastrophique au vu de leur standing (6 victoires pour 10 défaites).

Il fallait donc un improbable alignement des astres pour que TL se qualifie en play-off. Mais comme s'il était écrit que l'équipe devait pouvoir défendre ses chances en jeu, tous les résultats nécessaires à entretenir l'espoir se sont produits les uns après les autres, dont une victoire primordiale contre FlyQuest...

En deuxième journée, TL a ainsi retrouvé sur son chemin son meilleur ennemi, Cloud9, qu'il avait battu en finale de play-off l'été passé. Il fallait absolument à TL une victoire pour arracher un tie-break et espérer décrocher la 6e et dernière place des play-off.

Le duel entre les deux meilleures équipes nord-américaines de ces dernières années a été somptueux d'intensité et d'indécision, Cloud9 voulant profiter de cette occasion d'éliminer définitivement son adversaire le plus dangereux pour le titre. Ce n'est qu'après 45 minutes de match, où TL a clairement eu l'opportunité de s'imposer, que Cloud9 a réussi à tendre un piège à son adversaire et s'imposer en back-door.

Avec 7 victoires pour 11 défaites, TL échoue ainsi à l'avant-dernière place d'un championnat très disputé, et devient le premier champion en titre à ne pas se qualifier pour les play-off de LCS. A l'inverse, Cloud9 a égalé le meilleur parcours de la ligue avec 17 victoires pour une seule défaite. L'équipe paraît ainsi avoir toutes les clés pour glaner son premier titre de LCS depuis... le printemps 2014. Une éternité.

Il aura fallu 4 (!) tie-breaks lundi soir pour départager les derniers participants aux play-off. Les Immortals de Soaz peuvent s'en vouloir car il ne leur fallait qu'une victoire ce week-end pour se qualifier. Mais à 0-2, ils ont dû passer par le tie-break et ont échoué. Les Golden Guardians ont décroché la 6e et dernière place.

Play-off

Les play-off de «LoL» adopteront pour la première fois un système répandu dans l'e-sport: celui du Winners' et du Losers' Bracket. En d'autres termes, les meilleures équipes reçoivent un «droit à l'erreur» et peuvent perdre un match disputé en Best of 5 et toujours accéder à la finale.

En LEC, G2 affrontera Mad Lions (vendredi 3 avril à 18h) et Fnatic jouera contre Origen (samedi à 17h). Dans le Losers' Bracket, on retrouve les équipes Misfits et Rogue, qui s'affronteront dimanche à 17h.

En LCS, les premières affiches de ce week-end opposeront Cloud9 et 100 Thieves (dimanche à 22h), ainsi que FlyQuest et Evil Geniuses (samedi à 22h). Les vainqueurs accéderont directement en demi-finale alors que les perdants affronteront soit Golden Guardians soit TSM en quarts.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!