Actualisé 16.03.2014 à 11:23

Chine

La marge de fluctuation du yuan à 2%

La Chine va élargir la marge de fluctuation journalière du yuan par rapport au dollar à 2%, contre 1% actuellement.

La banque centrale souligne les efforts de Pékin pour desserrer son emprise sur le cours de la monnaie chinoise, justifiant ainsi un élargissement de la marge de fluctuation journalière du yuan par rapport au dollar à 2%, contre 1% actuellement. Cette modification, qui permettra au yuan de fluctuer davantage en fonction du marché, prendra effet lundi 17 mars, selon un communiqué de la Bank of China, la banque centrale de Chine, publié samedi sur son site Internet. Le taux de change du yuan pourra ainsi monter ou descendre de 2% par rapport à un niveau médian ajusté chaque jour.

Expansion ordonnée

Cette décision fait suite à une déclaration de la banque centrale le mois dernier qui avait indiqué être à la recherche d'une «expansion ordonnée» de la marge de fluctuation du yuan. Conséquence d'un élargissement de 0,5% à 1% de la marge de fluctuation du yuan en avril 2012, elle est considérée par certains analystes comme une étape clef vers l'établissement d'un système de taux de change basé sur le marché.

Satisfaire les demandes du marché

«Dans le but de satisfaire les demandes du marché, d'augmenter la force d'un taux de change déterminé par le marché et d'établir un régime de taux de change flottant, déterminé par le marché, la banque centrale de Chine a décidé d'assouplir la marge de fluctuation du renminbi par rapport au dollar américain», affirme la banque centrale. Et d'ajouter qu'elle continuera «à renforcer le rôle du marché dans la détermination du taux de change du RMB».

Le parti communiste chinois, soucieux de prévenir des flux de liquidités incontrôlés, encadre étroitement les fluctuations de la monnaie chinoise, le yuan - également nommé renminbi ou RMB - la considérant comme l'un de ses outils clés pour contrôler l'économie. La monnaie chinoise est ainsi condamnée à évoluer au sein d'une fourchette déterminée par la banque centrale (PBOC). En élargissant la marge de fluctuation du yuan, les autorités chinoises «doivent penser que l'économie est dans une position assez forte pour procéder à un ajustement et à d'autres réformes», indique Paul Mackel, de HSBC Holdings, à Dow Jones Newswires.

Ralentissement de la croissance

Pourtant, la croissance de la Chine a beaucoup ralenti ces dernières années et le Premier ministre chinois Li Keqiang a reconnu jeudi que son pays avait des «défis importants» à relever. Le PIB de la Chine a progressé de 7,7% l'an dernier, sa plus faible croissance depuis 1999. Et Pékin a annoncé, plus tôt au cours du mois, tabler sur une croissance de seulement 7,5% cette année, le même objectif qu'en 2013.

Selon Jiang Shu, analyste à la banque industrielle de Chine, l'élargissement de la marge de fluctuation du yen s'inscrivait dans «l'assouplissement progressif» du cours de la monnaie chinoise voulu par les autorités nationales. «La baisse continue du renminbi - une dépréciation du yuan voulue par le gouvernement pour réduire les attentes d'appréciation de la monnaie chinoise, sans mouvement dans l'autre sens - et la réaffirmation par le gouvernement que le renminbi était proche de son niveau d'équilibre étaient toutes deux des signaux précurseurs de l'élargissement de la bande» de fluctuation, relève Jiang Shu.

Chute du yuan en février

Tout au long de 2013, le yuan s'est fortement apprécié face au dollar, mais la tendance s'est inversée le mois dernier, le cours du yuan chutant de près de 1% par rapport à la devise américaine. Cette dépréciation a été généralement considérée comme un mouvement délibéré de la banque centrale pour contrer les actions de certains fonds spéculatifs. D'après Lu Ting, économiste de Merrill Lynch, l'élargissement de la marge de fluctuation «renforce le signal donné par la banque centrale que le pari d'appréciation (du yuan), sans mouvement inverse, est à présent derrière nous» et qu'une plus grande volatilité du yuan est en chemin. «La Chine devra passer à un nouveau système basé sur le marché», estime-t-il. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!