Grande-Bretagne: La marmelade en sérieuse perte de vitesse
Actualisé

Grande-BretagneLa marmelade en sérieuse perte de vitesse

La traditionnelle marmelade anglaise est en régression sur les tables britanniques du petit déjeuner, face à l'invasion des produits importés tels que peanut butter et autres pâtes à tartiner.

La marmelade n'est plus l'ingrédient du petit-déjeuner par excellence, outre-Manche. (photo: dr)

La marmelade n'est plus l'ingrédient du petit-déjeuner par excellence, outre-Manche. (photo: dr)

Les ventes de marmelade ont baissé de 2,8% sur les douze mois terminés en octobre 2010, soit 2,5 millions de pots en moins. Le miel, dont le prix augmente alors que les ruches sont affectées par la disparition des abeilles, est également en baisse (1,9%).

Le peanut butter, ou pâte de cacahuète, venu des Etats-Unis, gagne inexorablement les tables britanniques. Il s'en est vendu 7,5% de plus l'an dernier tandis que les pâtes à tartiner au chocolat de type Nutella faisaient en bond de 8%. Peanut butter et pâtes au chocolat confondus vendent désormais près d'un tiers de plus en volume que la traditionnelle marmelade.

La vraie marmelade utilise les fameuses oranges de Séville, ou bigarades, prisées pour leurs qualités d'orange amère. Faite à partir d'agrumes, dont elle conserve des zestes, la marmelade ne peut être confondue avec la confiture, qui se porte d'ailleurs beaucoup mieux, selon l'étude publiée par The Grocer.

L'ours Paddington lui vient en aide

Si Churchill, amateur bien connu de marmelade, n'est plus de ce monde pour la défendre, une agence de publicité a fait appel à l'ours Paddington, personnage des livres d'enfants aussi emblématique que les bus à impériale et les taxis londoniens, souvent représenté se promenant avec un pot de marmelade sous le bras.

L'espoir est de reconquérir le jeune public, alors que la moitié des acheteurs de marmelade ont plus de de 65 ans. (ats/afp)

Ton opinion