Carnet noir: La mémoire de Simone Veil saluée en Suisse
Actualisé

Carnet noirLa mémoire de Simone Veil saluée en Suisse

De nombreuses personnalités helvétiques ont rendu hommage à la dimension et au parcours de la politicienne française décédée

Simone Veil a été saluée comme «un exemple quasi unique de politicienne».

Simone Veil a été saluée comme «un exemple quasi unique de politicienne».

Keystone

Plusieurs personnalités suisses ont rendu hommage vendredi à Simone Veil, saluant son combat pour la défense des droits des femmes et des droits humains en général. «On lui doit toutes quelque chose», estime notamment Ada Marra.

«Elle a été de tous les combats du 20e siècle avec un courage, une détermination et une habileté exceptionnels», a dit à son propos l'ex-conseillère fédérale socialiste Ruth Dreifuss, interrogée par l'ats.

«Toute sa vie a été marquée par sa volonté de faire avancer les droits humains, alors qu'elle avait elle-même payé le prix le plus lourd. Je l'avais rencontrée à plusieurs reprises quand nous étions toutes deux ministres de la santé», a précisé Mme Dreifuss, se disant «très triste d'apprendre son décès».

La Genevoise a notamment salué son engagement pour l'Europe, et, comme ministre de la santé, pour la lutte contre le sida. «Elle avait ensuite travaillé comme bénévole dans un dispensaire pour les personnes atteintes de cette maladie», a-t-elle souligné. «Elle mérite la reconnaissance de toute l'Europe et de toutes les femmes», a conclu l'ancienne conseillère fédérale.

Une femme «droite»

Didier Burkhalter et Géraldine Savary ont utilisé le même qualificatif de «droite» pour la définir, sans connotation politique.

«C?est avec tristesse que j'ai appris le décès de Simone Veil», a écrit le chef de la diplomatie suisse dans une prise de position envoyée à l'ats. «Personnalité droite, humaine et digne, rescapée des camps de la mort, Mme Veil continuera d'incarner la mémoire de la Shoah pour tout le monde et pour la jeunesse en particulier», a-t-il ajouté.

Femme «digne» et «qui assumait son intelligence», «Simone Veil est un exemple quasi unique de politicienne qui a su défendre une des causes les plus importantes: le droit des femmes à disposer de leur corps», a déclaré pour sa part la conseillère aux Etats Géraldine Savary (PS/VD), saluant son rôle «déterminant».

«Discours toujours d'actualité»

«Son discours reste pleinement d'actualité quand on voit ce qui se passe aux Etats-Unis», notamment, a encore souligné Mme Savary. «On s'en rend compte aujourd'hui dans ce pays, en Russie, dans le Maghreb ou au Moyen-Orient: dans les périodes de crise de valeurs, les otages sont toujours les femmes».

Au-delà, «elle reste une figure universelle», qui a notamment été consciente, de par son histoire personnelle, de la nécessité de faire la paix en Europe.

L'ancienne conseillère d'Etat genevoise libérale et actuelle présidente de la Commission fédérale contre le racisme (CFR) Martine Brunschwig-Graf a salué «un symbole de courage» et «une très belle image».

«Monstre sacré»

«On lui doit toutes quelque chose», a estimé enfin la conseillère nationale Ada Marra (PS/VD), qui la classe parmi les «monstres sacrés». «Elle était plus qu'une politicienne, elle faisait partie des gens qui ont une profondeur, de l'Histoire avec un grand H».

«Dans un monde d'hommes, conservateur, les choses n'ont plus été pareilles après elle», a-t-elle relevé. C'est d'autant plus remarquable qu'«elle venait elle-même d'un monde conservateur», note encore Mme Marra. Concernant l'avortement et ses détracteurs, «elle connaissait le prix de la vie, on ne pouvait pas lui faire ce procès». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion