Tunisie: La mer rejette les corps de vingt-quatre migrants
Publié

TunisieLa mer rejette les corps de vingt-quatre migrants

Des corps de migrants morts noyés après le naufrage de leurs embarcations au large des côtes du centre-est de la Tunisie ont été rejetés par la mer fin avril, a fait savoir une source judiciaire mercredi.

Près de 2000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée l’an passé.

Près de 2000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée l’an passé.

AFP

Du 22 au 30 avril, quatre embarcations parties des côtes de la région de Sfax ont chaviré au large de cette ville tunisienne. Au total, les corps de 24 migrants ont été rejetés par la mer après avoir été portés disparus dans un premier temps, alors que 97 autres personnes ont été secourues, a précisé à l’AFP le porte-parole du tribunal de Sfax, Mourad Turki. Les 24 corps, parmi lesquels des femmes et des enfants, ont été transférés à la morgue de l’hôpital régional de Sfax, la seule à recevoir les dépouilles des migrants morts dans la région.

Morgue pleine

La morgue a reçu ces derniers mois 92 corps de migrants morts en mer, tous originaires d’Afrique subsaharienne, dont une quarantaine «sont entassés sur le sol» faute de place, a déploré M. Turki. Selon lui, la morgue s’est remplie car «il n’y a plus de place» pour enterrer les corps dans le cimetière destiné aux migrants dans la région de Sfax. La Tunisie, l’un des principaux points de départ pour les migrants qui veulent rallier clandestinement l’Europe, peine depuis des années à enterrer les dépouilles des candidats morts noyés. La majorité des municipalités du pays refuse de prendre en charge les dépouilles de migrants.

Des centaines de migrants, provenant surtout d’Afrique subsaharienne, rejoignent la Tunisie dans le but de gagner ensuite l’Europe, en traversant la Méditerranée, le plus souvent en s’entassant sur des bateaux de fortune. Près de 2000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée l’an passé, contre 1401 en 2020, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

(AFP)

Ton opinion