France: La mère de Fiona prend 5 ans, son beau-père 20
Actualisé

FranceLa mère de Fiona prend 5 ans, son beau-père 20

Au terme de dix jours de procès, Cécile B. a été acquittée partiellement du chef de violence volontaire.

1 / 44
La mère de Fiona a été libérée en attendant un nouveau procès. La Cour de cassation vient d'annuler sa condamnation à 20 ans de prison. (Jeudi 21 février 2019)

La mère de Fiona a été libérée en attendant un nouveau procès. La Cour de cassation vient d'annuler sa condamnation à 20 ans de prison. (Jeudi 21 février 2019)

AFP
La mère, Cécile B., (ici escortée par des gendarmes) et le beau-père de Fiona ont été condamnés en appel, à 20 ans de réclusion.(10 février 2018)

La mère, Cécile B., (ici escortée par des gendarmes) et le beau-père de Fiona ont été condamnés en appel, à 20 ans de réclusion.(10 février 2018)

AFP
Après deux semaines d'audience, la tâche s'annonçait ardue pour les jurés (exclusivement féminins): le corps n'a toujours pas été retrouvé, les accusés, murés dans leurs dénégations, disent avoir enterré dans un bois près de Clermont-Ferrand (centre) mais qui n'a jamais été retrouvé. (ici Etienne Fradin, président de la Cour. (Image - 5 février 2018)

Après deux semaines d'audience, la tâche s'annonçait ardue pour les jurés (exclusivement féminins): le corps n'a toujours pas été retrouvé, les accusés, murés dans leurs dénégations, disent avoir enterré dans un bois près de Clermont-Ferrand (centre) mais qui n'a jamais été retrouvé. (ici Etienne Fradin, président de la Cour. (Image - 5 février 2018)

AFP

La mère de la petite Fiona a été condamnée vendredi à 5 ans d'emprisonnement et son ex-compagnon Berkane M. à 20 ans de réclusion criminelle assortis d'une peine de sûreté des deux-tiers par la cour d'assises du Puy-de-Dôme.

Au terme de dix jours d'un procès à rebondissements, Cécile B. a été acquittée partiellement du chef de violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Mais la cour a prononcé le retrait de l'autorité parentale sur ses deux autres enfants. Son ex-concubin a été reconnu coupable de coups mortels aggravés.

Le calvaire de Fiona

Le 12 mai 2013, la mère de Fiona avait déclaré sa disparition dans un parc de Clermont-Ferrand (FR), alors qu'elle s'était assoupie, exténuée par sa grossesse. Un mensonge inventé de toutes pièces. Quatre mois plus tard, son histoire s'effondre. Le couple, connu pour toxicomanie, avoue le décès de l'enfant, la mère et son compagnon s'accusant mutuellement d'avoir porté les coups mortels.

Trente ans de réclusion criminelle, la peine maximale, avaient été requis à l'encontre des deux accusés pour la mort de la fillette de cinq ans en 2013. L'avocat général avait réclamé que leur condamnation soit assortie d'une peine de sûreté des deux-tiers et d'un suivi socio-judiciaire de 20 ans.

Les deux accusés ont quitté le box sans exprimer de réactions, ont constaté des journalistes sur place. Le père de Fiona avait quant à lui quitté la salle d'audience sitôt le verdict proclamé.

Cause de la mort incertaine

Les ex-concubins avaient fait croire à un enlèvement pendant des mois, avant d'avouer la mort de Fiona dont le corps n'a jamais été retrouvé.

Faute d'autopsie, la cause de la mort de Fiona n'a pas été éclaircie - coups, absorption de médicaments, voire de drogues, le couple étant toxicomane. La défense n'a eu de cesse de plaider l'accident domestique, exhortant la cour à ne pas céder à «l'émotion» et à la «colère» dans leur condamnation.

La cour s'était retirée vers 15h30 pour délibérer. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion