Infanticide à Horgen (ZH): La mère des jumeaux sera jugée dès mercredi pour assassinats
Actualisé

Infanticide à Horgen (ZH)La mère des jumeaux sera jugée dès mercredi pour assassinats

La mère de famille accusée d'avoir tué ses jumeaux de 8 ans à la veille de Noël 2007 à Horgen (ZH) comparaît dès mercredi devant la justice zurichoise. Un juge et un jury populaire auditionneront la prévenue âgée de 35 ans. Le verdict est attendu pour le 26 mars.

Selon l'acte d'accusation, la mère s'est levée discrètement en pleine nuit du 23 au 24 décembre 2007. Se rendant dans les deux chambres de ses enfants - des faux jumeaux - elle a étouffé tour à tour son fils et sa fille dans leur sommeil. Pour cela, elle a appuyé un coussin ou une couverture sur leur visage, leur cou et leur torse.

Afin de faire croire à un cambriolage, elle aurait ouvert la fenêtre du salon, sorti les vêtements des jumeaux de leurs armoires pour les éparpiller par terre. Elle aurait aussi renversé le contenu de son sac à main sur les fauteuils du salon.

Avec son mari, elle a ensuite appelé la police au petit matin en lui annonçant que leurs enfants avaient été tués. A leur arrivée, policiers et sauveteurs ont constaté la mort du garçon. Sa soeur est décédée peu après.

Les soupçons se sont dans un premier temps portés sur les deux parents. Le couple a été arrêté le jour même de son appel téléphonique, puis placé en détention préventive. Le père de famille a été libéré au cours de l'enquête, celui-ci n'ayant visiblement aucun lien avec l'infanticide.

Problèmes personnels

Inculpée d'assassinats, la prévenue nie les faits qui lui sont reprochés. Selon le procureur, le drame est lié à des «fardeaux devenant de plus en plus lourds» dans la vie privée de l'accusée.

Souffrant de problèmes de santé, elle craignait en plus la découverte de ses deux liaisons extra-conjugales. La femme a agi «rapidement, de manière inattendue et avec une forte détermination».

Formé d'un juge et d'un jury populaire, le tribunal ne basera pas son jugement sur un dossier mais sur les propos de la prévenue, des témoins et des experts. Les audiences s'étaleront sur plusieurs jours. Les plaidoiries se dérouleront le 23 mars. (ats)

Ton opinion