Actualisé 09.04.2020 à 09:27

Suisse

La météo joue aussi un rôle sur la pollution de l'air

Une réduction des polluants a été observée sur de nombreux sites par rapport à 2019. Mais le coronavirus n'est pas la seule raison à une meilleure qualité de l'air.

Voitures et avions au garage ne sont pas le seul facteur qui améliore la qualité de l'air en temps de coronavirus. La météo joue aussi un rôle, explique jeudi le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche.

Les chercheurs du laboratoire «Air Pollution / Environmental Technology» de l'Empa analysent et actualisent les données sur les polluants dans l'atmosphère. Un travail complexe, selon le laboratoire.

La pollution de l'air ne dépend pas seulement de l'émission de polluants. La météo, et en particulier les conditions de vent et de température, joue un rôle majeur. De simples comparaisons des polluants atmosphériques avant et après le confinement ne suffisent pas.

Bonne qualité de l'air

Les températures douces de ces derniers mois ont entraîné un bon mélange de la couche d'air près du sol et donc une bonne qualité de l'air. Au cours de la deuxième moitié du mois de mars, une brise prononcée a provoqué une forte dilution et de faibles niveaux de polluants atmosphériques.

Une réduction des polluants a été observée sur de nombreux sites par rapport à l'année précédente. Mais cela ne peut pas être directement attribué aux mesures prises par le gouvernement fédéral en rapport avec le Covid-19.

Toutefois, il est possible de tirer des informations des données et sur l'influence du Covid-19 sur la qualité de l'air. Les oxydes d'azote, par exemple, ont été considérablement réduits grâce aux mesures prises à des endroits proches des routes, alors que leur concentration dans les zones rurales est presque exclusivement déterminée par les conditions météorologiques. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!