France: La milliardaire Liliane Bettencourt ne sera pas sous tutelle
Actualisé

FranceLa milliardaire Liliane Bettencourt ne sera pas sous tutelle

La justice française a refusé de placer sous tutelle la milliardaire Liliane Bettencourt, soupçonnée par sa fille de ne plus être en possession de ses moyens, après des dons proches du milliard d'euros consentis à un artiste mondain.

Françoise Bettencourt-Meyers, fille unique de l'héritière et actionnaire principale de L'Oréal, avait saisi la semaine dernière le juge des tutelles de Neuilly-sur-Seine (ouest de Paris).

Elle est engagée dans une difficile procédure judiciaire: elle estime que sa mère, âgée de 87 ans et troisième fortune de France, a été abusée par l'écrivain-photographe François-Marie Banier qui a bénéficié de dons en espèces et d'oeuvres d'art.

Dans le cadre d'une procédure pénale contre François-Marie Banier, distincte de la demande de tutelle, une nouvelle audience est prévue vendredi devant le tribunal correctionnel de Nanterre (ouest de Paris).

«Le juge des tutelles a rendu une ordonnance disant que nous ne produisons pas de pièce médicale», a expliqué l'avocat de Mme Bettencourt-Meyers, Me Olivier Metzner.

Refus d'expertise médicale

«Le problème, c'est que Liliane Bettencourt a toujours refusé de se soumettre à une expertise médicale», a-t-il ajouté. «Aujourd'hui, il y a une fille qui voit sa mère totalement sous la pression d'un homme et elle doit laisser faire», a-t-il ajouté.

Contacté par l'AFP, l'avocat de Liliane Bettencourt, Me Georges Kiejman, a trouvé au contraire qu'il s'agissait d'une «décision sage», sa cliente ayant toujours réfuté la moindre manipulation de la part de François-Marie Banier.

Dans une interview au journal Le Monde, François-Marie Banier, principal bénéficiaire des dons de Mme Bettencourt, se défend mercredi d'avoir profité abusivement de la générosité et de l'âge de la milliardaire.

«Il s'agit de dons, que j'ai longtemps refusés. Ces dons viennent d'une femme totalement lucide», affirme-t-il. Selon M. Banier, les dons «remontent pour les premiers à 1995 et s'étalent sur une dizaine d'années». «Et je ne suis pas le seul, loin de là, à en avoir bénéficié», ajoute-t-il.

Interrogé sur un éventuel sentiment de culpabilité, l'artiste répond: «Vous n'y pensez pas! Souterrainement, il y a un monde très fort, très vivant, qui aura le dessus. La vérité explosera».

Artiste mondain

L'artiste mondain, qui a fréquenté les cercles littéraires et artistiques parisiens depuis une quarantaine d'années et à qui on reconnaît un grand pouvoir de séduction, dit avoir rencontré Mme Bettencourt en 1969.

Dans son seul entretien consacré à l'affaire, accordé à l'hebdomadaire Journal du Dimanche en décembre 2008, Liliane Bettencourt parlait en termes élogieux de François-Marie Banier, un «artiste», «plein d'ingéniosité» et «plein d'idées». (ats)

Ton opinion