Etats-Unis: La ministre de la Justice n'appliquera pas le décret

Actualisé

Etats-UnisLa ministre de la Justice n'appliquera pas le décret

La ministre intérimaire venant de l'administration Obama a ordonné aux procureurs de ne pas défendre le décret Trump.

1 / 150
Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

AFP
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

AFP
Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI  de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

AFP

Une haute responsable de l'administration de l'ex-président démocrate Barack Obama faisant office de ministre par intérim de la Justice a ordonné lundi aux procureurs de ne pas défendre le décret anti-immigration signé vendredi par le président républicain Donald Trump, attaqué de toutes parts.

Sally Yates --ancienne numéro deux du ministère sous l'administration Obama-- a mis en doute dans une note interne la légalité et la moralité de ce décret qui interdit l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane, et à tous les réfugiés.

«Ma responsabilité est d'assurer que la position du ministère est non seulement légalement défendable mais est également formée par notre meilleure interprétation de ce qu'est la loi, après avoir pris en considération tous les faits», a indiqué Sally Yates, qui assure l'intérim en tant que ministre de la Justice en attendant la validation par le Sénat du candidat choisi par Donald Trump.

«Défendre ce qui est juste»

«De plus, j'ai la charge de m'assurer que les positions que nous adoptons devant les tribunaux restent cohérentes avec l'obligation solennelle de cette institution de toujours chercher la justice et de défendre ce qui est juste», a-t-elle poursuivi. «A l'heure actuelle, je ne suis pas convaincue que la défense du décret présidentiel soit cohérente avec ces responsabilités, pas plus que je ne suis convaincue du fait que ce décret présidentiel soit légal».

«Par conséquent, pendant toute la période où je suis ministre par intérim de la Justice, le ministère de la Justice ne présentera pas d'arguments pour défendre le décret présidentiel, sauf si je finis par être convaincue qu'il est approprié de le faire», a-t-elle affirmé.

Une commission sénatoriale doit se prononcer mardi sur la nomination de Jeff Sessions, choisi par le milliardaire pour piloter le ministère de la Justice. Un vote du Sénat --aux mains des républicains-- dans sa totalité est également nécessaire.

Trump dénonce une «obstruction»

Donald Trump a tweeté peu après la divulgation du mémo de Sally Yates: «Les démocrates retardent mes choix pour mon cabinet uniquement pour des raisons politiques. Ils n'ont rien à y gagner sauf à faire de l'obstruction. Actuellement, j'ai un A.G. d'Obama», autrement dit un «Attorney general» (ministre de la Justice).

Les ministres de la Justice de seize Etats fédérés, représentant près d'un tiers de la population américaine, ont condamné dimanche le décret anti-immigration et promis de «le combattre» avec tous les moyens à leur disposition.

Lundi, le ministre de la Justice de l'Etat de Washington (nord-ouest) Bob Ferguson a déposé plainte pour réclamer l'arrêt immédiat de l'application du décret, qu'il considère contraire à la Constitution. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion