Actualisé 04.02.2009 à 14:23

Nouveau-nés morts dans l'Allier

La mise en examen de la suspecte se précise

La mère de famille ayant avoué avoir abandonné à la naissance les deux nouveau-nés retrouvés morts dans une cave à Montluçon (Allier) devrait être mise en examen mercredi soir au parquet de Cusset, sans avoir pour l'heure expliqué son acte aux enquêteurs.

L'audition de cette femme de 38 ans, ancienne locataire de l'immeuble HLM où ont été retrouvés les bébés, se poursuivait mercredi dans les locaux de la police judiciaire (SRPJ) de Clermont-Ferrand, en charge de l'enquête depuis son interpellation lundi soir à son domicile de Montluçon.

La suspecte devrait être déférée d'ici la fin de la journée au parquet de Cusset, près de Vichy, en vue de sa mise en examen. Le procureur de la République de Cusset, Raphaël Sanesi, doit s'exprimer devant la presse à 15 heures.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les enfants seraient nés en 2003 et 2005 et auraient pleuré à la naissance. Mais la mère «n'est pas constante dans ses déclarations», a souligné une source judiciaire.

Selon le quotidien La Montagne, le père a été identifié et a indiqué n'avoir été au courant que d'une seule grossesse.

Seules les analyses ADN, dont les résultats sont attendus dans les jours à venir, permettront d'établir avec certitude la filiation des nourrissons.

Aucun élément nouveau n'a filtré mercredi sur les raisons et circonstances précises de la mort des bébés.

Déjà mère de deux enfants de deux pères différents, la suspecte n'a donné «aucune explication», avait indiqué mardi M. Sanesi, évoquant une «situation extrêmement difficile sur le plan psychologique».

Selon des sources judiciaires, elle a jusqu'ici seulement reconnu avoir abandonné à leur naissance les bébés, une fille et un garçon, nés de deux grossesses. Et affirme ne pas les avoir tués.

Elle n'a pas non plus expliqué aux enquêteurs comment les corps - retrouvés l'un dans une glacière, l'autre dans un sac plastique - ont été conservés jusqu'à son déménagement il y a un an.

Les enquêteurs restaient prudents mercredi quant à l'hypothèse d'une congélation des nouveau-nés évoquée par des médias, ont rapporté plusieurs sources.

«C'est une hypothèse à creuser plus tard lors de l'instruction. En l'état actuel de l'enquête, aucun élément ne montre qu'ils ont été congelés. Mais aucun élément ne montre le contraire», a indiqué l'une de ces sources.

Les médecins légistes de l'institut médico-légal de Clermont-Ferrand n'ont pas évoqué cette possibilité dans le rapport de leur première autopsie, réalisée mardi, qui n'a pas non plus permis de révéler les causes de la mort des bébés.

Une nouvelle autopsie doit être pratiquée.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!