Actualisé 14.03.2016 à 14:31

BurundiLa mission de paix de Pascal Couchepin reportée

L'ex-ministre ne se rendra finalement pas au Burundi, plongé dans une grave crise émaillée de violences.

1 / 103
Pascal Couchepin est au Burundi, mandaté par la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean. Il s'agit de la troisième mission du genre pour l'ex-conseiller fédéral. Objectif: contribuer à une sortie de crise (Mardi 12 septembre 2017)

Pascal Couchepin est au Burundi, mandaté par la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean. Il s'agit de la troisième mission du genre pour l'ex-conseiller fédéral. Objectif: contribuer à une sortie de crise (Mardi 12 septembre 2017)

Keystone
Le Conseil de sécurité de l'ONU s'alarme d'informations faisant état de torture et d'enlèvements au Burundi, sans pour autant imposer de sanctions. (Lundi 13 mars 2017 - Image d'archive)

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'alarme d'informations faisant état de torture et d'enlèvements au Burundi, sans pour autant imposer de sanctions. (Lundi 13 mars 2017 - Image d'archive)

Keystone
Le président Pierre Nkurunziza a jeté de l'huile sur le feu en annonçant qu'il pourrait se présenter de nouveau en 2020. (1er janvier 2017)

Le président Pierre Nkurunziza a jeté de l'huile sur le feu en annonçant qu'il pourrait se présenter de nouveau en 2020. (1er janvier 2017)

Reuters

La mission de paix de l'envoyé spécial de la secrétaire générale de la Francophonie pour la région des Grands Lacs a été reportée en raison d'un «conflit d'agenda».

«L'absence du ministre burundais des Affaires étrangères, principal interlocuteur de Pascal Couchepin» a conduit à un report de cette mission «à la dernière minute», a précisé lundi Louis Hamann, porte-parole de la secrétaire générale de la Francophonie Michaëlle Jean.

L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est à la recherche d'une nouvelle date, sans donner plus de précisions sur cet «exercice acrobatique».

Pascal Couchepin devait se rendre au Burundi de dimanche à jeudi afin de rechercher des solutions durables à la crise actuelle. L'ancien président de la Confédération et sa délégation devaient rencontrer les autorités burundaises, les acteurs politiques, les représentants de la société civile ainsi que les partenaires internationaux sur place.

Le Burundi est plongé dans une grave crise émaillée de violences depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé sa candidature en avril 2015 pour un troisième mandat, qu'il a obtenu en juillet, en violation, selon l'opposition, la société civile et une partie de son propre camp, de la constitution et l'accord d'Arusha qui mit fin à la guerre civile de 1993-2006.

Pas contre Pascal Couchepin

Pascal Couchepin s'est déjà rendu à deux reprises au Burundi en tant qu'envoyé spécial de la secrétaire générale de la Francophonie. Interrogé par l'ats en septembre, à l'issue de sa seconde visite, le Valaisan avait déjà appelé toutes les parties à reprendre le dialogue sans conditions, assurant que le pays était «en danger».

L'ancien conseiller fédéral semble cependant toujours le bienvenu au Burundi. «Il n'y a absolument aucun problème avec Pascal Couchepin», a relevé M. Hamann. Le porte-parole a loué «les relations correctes, franches et constructives» nouées par le Valaisan avec les autorités burundaises. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!