Actualisé 21.12.2018 à 09:21

«Gilets jaunes»

La moitié des radars sont hors service en France

La grogne des «Gilets jaunes» se voit de plus en plus au bord des routes. Avec un impact sur les finances publiques.

de
reg
Les détecteurs de vitesse sont la cible privilégiée de nombreux citoyens en colère contre les taxes.

Les détecteurs de vitesse sont la cible privilégiée de nombreux citoyens en colère contre les taxes.

Keystone

Incendiés, attaqués à la hache, tagués ou simplement recouverts d'un sac poubelle ou d'un paquet cadeau de Noël: les radars sont particulièrement visés par la révolte des «Gilets jaunes» en France. Au moins la moitié d'entre eux seraient inutilisables. Mais selon un site spécialisé, jusqu'à 65% seraient hors service.

L'Etat s'apprête à mettre la main à la poche. Remplacer un radar fixe détruit coûterait entre 60'000 et 80'000 euros, alors que la facture grimpe à 120'000 voire 200'000 euros pour un «radar tronçon», qui calcule la vitesse moyenne entre deux points. Au moins 250 radars seraient entièrement détruits et plus de 1500 «vandalisés».

Sans compter que les longues périodes d'inactivité de ces installations feront rentrer moins d'argent dans les caisses, alors que Paris planchait sur des recettes de 1,23 milliard d'euros en 2019, en hausse de 21% sur un an.

Cette situation ne réjouit pas les spécialistes de la sécurité routière, qui craignent une hausse des excès de vitesse en raison de l'absence de flashs. Spécialement lors de la période des Fêtes de fin d'année, propice aux excès en tous genres.

Réclamant davantage de pouvoir d'achat, certains «Gilets jaunes» dénoncent également l'abaissement de la limite de vitesse à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur les routes secondaires décidée cette année.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!