Santé: La moitié des Suisses n'en peut plus du bruit
Actualisé

SantéLa moitié des Suisses n'en peut plus du bruit

Une majorité de Suisses réclame des mesures contre le bruit, estimant que les nuisances sonores ont augmenté au cours des dix dernières années.

C'est le bruit du trafic en général qui est jugé le plus gênant par les Suisses.

C'est le bruit du trafic en général qui est jugé le plus gênant par les Suisses.

Keystone

Plus de la moitié des Suisses (54%) sont d'avis qu'il faudrait faire davantage pour réduire le bruit. Deux personnes sur trois pensent que les nuisances sonores ont augmenté au cours des dix dernières années, selon un sondage de gfs-zürich.

Près d'un quart des personnes interrogées (23%) disent que le bruit influence négativement leur qualité de vie ou leur santé. C'est le bruit du trafic en général (47%) qu'elles trouvent le plus gênant, plus particulièrement les voitures (19%) et les avions (14%). Viennent ensuite les autres humains (12%), notamment les voisins et les gens qui parlent trop fort.

Le sondage, publié jeudi, a été réalisé par téléphone par l'Institut gfs-zürich en novembre 2017 auprès de 1005 personnes en Suisse alémanique et en Suisse romande. Il révèle que 54% des sondés souhaitent que davantage de mesures soient prises pour réduire les nuisances sonores.

Réduction du trafic

Ces personnes demandent une réduction du trafic en général (27%) et du trafic aérien en particulier avec une interdiction des vols de nuit (19%). Ils sont 17% à vouloir des lois et des réglementations plus sévères.

S'agissant des problèmes environnementaux préoccupants, 18% des personnes interrogées citent le trafic en général et le trop grand nombre de voitures. Viennent ensuite deux problèmes liés au trafic, la pollution de l'air (12%) et les émissions de CO2 (11%).

Le classement des préoccupations environnementales diffère d'une région linguistique à l'autre. Pour les Alémaniques, le trafic (20%), la pollution de l'air (12%) et les émissions de CO2 (9%) arrivent en tête. Chez les Romands, ce sont le trafic (12%) et les changements climatiques (12%), devant la pollution des milieux naturels (11%) et l'énergie atomique (11%). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion