Science: La monogamie féminise les drosophiles
Actualisé

ScienceLa monogamie féminise les drosophiles

Si les mâles ne doivent plus combattre pour séduire les femelles, les mouches du vinaigre ont tendance à se féminiser, selon une étude lausannoise.

Des chercheurs lausannois ont contraint, dans une étude, des drosophiles à une monogamie forcée sur plus de 100 générations. Même s'ils partagent pour l'essentiel le même génome, les mâles et les femelles de nombreuses espèces varient fortement d'un point de vue morphologique, physiologique et comportemental. Certaines variations - comme des hanches larges ou le taux de certaines hormones - sont favorables à un sexe et pas à l'autre.

Un conflit perpétuel existe entre les deux genres pour optimiser ces gènes partagés. Cette compétition génétique influence l'évolution des traits sexuels, ont observé des chercheurs de l'Université de Lausanne (UNIL) dans une étude publiée dans «Nature Communications».

Ainsi, s'il y a beaucoup de compétition entre mâles, des gènes bénéfiques pour les mâles sont sélectionnés, entraînant une évolution des femelles vers une morphologie et un comportement plus masculin. A l'inverse, si la compétition entre mâles diminue, on constate une féminisation des deux sexes, avec des mâles moins agressifs et moins compétitifs.

Les chercheurs l'ont observé en soumettant la drosophile à une monogamie forcée sur plus de 100 générations. Ce régime de partenaire unique visait à éliminer toute compétition sexuelle, empêchant les mâles de se battre pour s'accoupler. Il a montré une évolution des deux sexes vers une féminisation. (ats)

Ton opinion