Nord-est de la RDC: La Monuc condamne «avec force» les massacres
Actualisé

Nord-est de la RDCLa Monuc condamne «avec force» les massacres

La mission de l'Onu en République démocratique du Congo (RDC) a condamné les récentes atrocités attribuées à la rébellion ougandaise de la LRA (Armée de résistance du Seigneur), dans le nord-est du pays, assurant avoir pris «toutes les dispositions» pour protéger les civils.

Depuis le 25 décembre, les rebelles de la LRA (...) ont mené des attaques sur les populations civiles dans plusieurs districts du nord-est, à Faradje, Duru, Gurba et Doruma, explique la Monuc dans un communiqué transmis mercredi à l'AFP.«Selon les éléments d'informations recueillies, un nombre élevé et croissant de personnes aurait été tuées. Compte tenu de l'isolement de la région et du manque d'infrastructures de communication, le nombre exact des victimes et des personnes affectées reste à déterminer», explique la mission onusienne.La Monuc «condamne avec force toute attaque perpétrée par la LRA contre des populations civiles sans défense, et qui de fait engendrent une insécurité généralisée ainsi qu'un désastre humanitaire dans la région». Les accusations se multiplient depuis quelques jours contre la LRA, soupçonnée du massacre de plus de 400 civils pendant les fêtes de Noël dans cette partie de la province orientale, frontalière du Soudan et de l'Ouganda, selon un dernier bilan donné mardi par l'ONG catholique Caritas.Lundi, l'Office de coordination des affaires humanitaires de l'Onu (Ocha) avait fait état d'au moins tués 189 civils tués par la LRA dans la région. La LRA a fermement démenti mardi ces accusations et rejeté la responsabilité des morts sur les armées de la RDC, de l'Ouganda et du Sud-Soudan qui mènent dans cette zone une opération contre la LRA depuis la mi-décembre. L'offensive avait été lancée après le refus répété du chef de la LRA, Joseph Kony, de signer un accord de paix paraphé en avril par Kampala, qui concluait un processus de paix engagé en juillet 2006 afin de mettre un terme, dans le nord de l'Ouganda, à 20 ans d'une des guerres civiles les plus longues et les plus brutales d'Afrique.«Comme le lui indique son mandat, la Monuc prend toutes les dispositions possibles, dans la limite de ses capacités, afin d'assurer la protection des civils, notamment en apportant un appui essentiel aux FARDC» (armée gouvernementale congolaise), affirme le communiqué. (afp)

Ton opinion