Etats-Unis: La mort de Freddie Gray est un «homicide»

Actualisé

Etats-UnisLa mort de Freddie Gray est un «homicide»

La mort de Freddie Gray, décédé une semaine après son interpellation musclée, est un «homicide», a indiqué vendredi la procureure de Baltimore. Six policiers vont être poursuivis.

1 / 46
08.09 La famille de Freddie Gray, le jeune homme mort après son arrestation en avril à Baltimore, va recevoir 6,4 millions de dollars des autorités de la ville.

08.09 La famille de Freddie Gray, le jeune homme mort après son arrestation en avril à Baltimore, va recevoir 6,4 millions de dollars des autorités de la ville.

08.07 Le chef de la police de Baltimore, Anthony Batts (photo), a été licencié avec effet immédiat et remplacé temporairement par son adjoint, a annoncé la maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake.

08.07 Le chef de la police de Baltimore, Anthony Batts (photo), a été licencié avec effet immédiat et remplacé temporairement par son adjoint, a annoncé la maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake.

AP/Patrick Semansky
08.05.15. La procureure générale a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale à l'encontre de la police de Baltimore.

08.05.15. La procureure générale a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale à l'encontre de la police de Baltimore.

Reuters/jim Bourg

Marilyn Mosby présentait devant la presse les rapports d'une enquête sur la mort du jeune homme de 25 ans le 19 avril, qui a entraîné des émeutes dans cette ville de l'est des Etats-Unis. Elle a précisé que Freddie Gray avait été victime d'une grave blessure au cou après avoir été menotté à l'intérieur d'un fourgon de police. Elle a ajouté que les policiers lui avaient refusé une aide médicale alors qu'il l'avait réclamée à au moins deux reprises. Le jeune homme est mort le 19 avril, une semaine après son arrestation.

Mandats d'arrêt émis

Des mandats d'arrêt ont été émis à l'encontre des policiers inculpés dans ce dossier, a-t-elle dit. Outre le meurtre et les violences volontaires, les chefs d'inculpation incluent l'agression et l'incarcération sans motif valable, a précisé la procureure lors d'une conférence de presse à Baltimore.

Elle a expliqué que le médecin légiste chargé du dossier avait conclu à un homicide. Il a jugé que ses blessures à la colonne vertébrale étaient dues au fait que, menotté, il n'avait pas pu se protéger contre les chutes pendant le trajet dans le fourgon de police.

Freddie Gray ne respirait plus lorsqu'il a été extrait du fourgon, a déclaré Mme Mosby lors de sa conférence de presse. La foule présente l'a applaudie à la fin de son intervention. Les six policiers concernés étaient déjà suspendus dans cette affaire, qui a conduit la justice fédérale à ouvrir une enquête.

Barack Obama, qui s'abstient d'ordinaire de commenter les affaires judiciaires en cours, a pour sa part jugé vendredi «absolument crucial que la lumière soit faite sur ce qui est arrivé à Freddie Gray».

Nouvelles manifestations

Le décès de Freddie Gray est à l'origine des manifestations violentes de lundi après lesquelles les autorités locales ont instauré un couvre-feu à Baltimore. Il marque un nouvel épisode de la série de dossiers mettant en cause les traitements réservés aux Afro-Américains et à d'autres minorités par les forces de sécurité aux Etats-Unis.

Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours dans différentes grandes villes du pays, comme cela avait été le cas l'an dernier après la mort d'hommes noirs tués par des policiers à Ferguson, dans le Missouri, à New York et ailleurs. Ces dernières 24 heures, des rassemblements ont eu lieu à Baltimore, à Philadelphie, à Boston ou encore à Chicago.

Près de 100 policiers ont été blessés depuis lundi dans les affrontements avec des manifestants, a fait savoir la police de Baltimore. Quarante-trois d'entre eux ont dû recevoir des soins médicaux d'urgence. (ats/afp)

Ton opinion