Canton d'Argovie: La mosquée de Gebenstorf fait marche arrière
Actualisé

Canton d'ArgovieLa mosquée de Gebenstorf fait marche arrière

L'association albanaise qui gère le lieu de culte essaie de calmer le jeu. La commune soupçonne un jeu de dupes et affirme qu'elle va continuer à surveiller la mosquée.

par
Pascal Schmuck
Zurich
La commune de Gebenstorf (AG) a clairement menacé de fermer la mosquée en cas de nouveaux troubles.

La commune de Gebenstorf (AG) a clairement menacé de fermer la mosquée en cas de nouveaux troubles.

Google Street View

La mosquée de la commune de Gebenstorf (AG) avait défrayé la chronique fin août suite à une rixe dans ses murs entre une centaine de fidèles. En cause: un imam jugé trop radical. Mais l'association albanaise qui gère le lieu de culte a décidé de faire profil bas, raconte la Nordwestschweizdans son édition du 6 septembre.

Dans une lettre, l'association explique noir sur blanc que son imam n'est pas un intégriste et qu'il n'a jamais eu de contact avec des radicaux à Skopje. Il reste également membre de l'association et peut se rendre à la mosquée.

Toutefois, les personnes qui ont causé la bataille rangée restent exclues, mais pour une période d'un an uniquement. Et si elles ne refont plus parler d'elles durant cette période, elles pourront rester membres de l'association.

Un virage à 180 degrés

C'est donc un retournement de veste complet puisque le vice-président Murseli Ibraimov, qui a également signé la lettre à l'instar des autres membres de la présidence, avait expliqué précédemment que son association avait décidé de se séparer de son imam, suspecté de s'être radicalisé. Ce qui avait provoqué la bagarre.

Selon la communauté, la situation s'est calmée et les protagonistes se sont réconciliés. L'association recherche désormais un imam qui sache parler allemand et promouvoir le discours interreligieux. L'imam actuel remplissait les conditions mais il n'a pas souhaité s'engager plus intensément dans les activités de la mosquée.

Une commune très suspicieuse

Une déclaration d'intention qui s'explique peut-être par la rencontre qui a eu lieu lundi avec le maire Rolf Senn (PDC) et le secrétaire communal Stefan Gloor. Ce dernier explique que «l'ambiance était amicale mais distante. Les représentants de la communauté nous ont assuré que l'échauffourée dans la mosquée était due à un conflit de famille interne».

L'explication n'a pas convaincu les autorités, a ajouté le secrétaire communal. «Nous avons dit que nous ne tolérerions pas un second incident de ce genre. Sinon, le conseil communal retirera à l'association le permis d'exploitation du local. Et la mosquée devra fermer ses portes.»

En outre, la commune a rendu attentive l'association aux conditions d'utilisation. «Seules 46 voitures sont autorisées sur le parking devant la mosquée et ce nombre est régulièrement dépassé en été. Nous continuerons à surveiller et à contrôler de très près les activités de la mosquée.»

Ton opinion