Actualisé 09.07.2020 à 07:54

Suisse

La moto serait-elle moins dangereuse que le bus?

Depuis la levée des restrictions liées au coronavirus, les ventes de deux-roues ont repris plein gaz. Une des causes serait la réticence de la population à emprunter les transports publics.

En mai et en juin, les ventes de moto ont flambé. A tel point que la hausse est de 7,7% au premier semestre, par rapport à l’an dernier.

En mai et en juin, les ventes de moto ont flambé. A tel point que la hausse est de 7,7% au premier semestre, par rapport à l’an dernier.

KEYSTONE

Après avoir plongé de près d'un quart sur un an à fin avril en raison de la crise sanitaire, les ventes de deux-roues motorisés ont connu en Suisse une poussée supérieure aux attentes en mai et en juin, à mesure de l'assouplissement des mesures de confinement.

Sur l'ensemble du premier semestre, les ventes de motos neuves ont progressé de 7,7% en rythme annuel, à 17'555 unités, «une avancée qui dépasse les expectatives les plus optimistes», indique l'Office suisse moto et scooter (Osms) jeudi dans un communiqué.

Le marché des scooters en revanche n'est pas parvenu à se remettre entièrement des effets de la crise (-6,2% à 8548 véhicules). L'évolution de la branche dans son ensemble reste toutefois positive (+3,1%).

Après la chute massive de l'activité en mars et avril en raison des sept semaines de fermeture imposées par les autorités pour endiguer la pandémie de coronavirus, les ventes ont littéralement explosé à partir de la levée progressive des mesures de semi-confinement, le 11 mai dernier. Sur le seul mois de juin, elles ont quasi doublé sur un an.

Cette forte poussée est à mettre au crédit, d'une part, du report de la forte demande et de la meilleure disponibilité des produits, le confinement mondial ayant entraîné de sérieuses difficultés de production et de livraison. Mais on la doit aussi probablement à une certaine réticence de la population à retourner dans les transports publics en raison du coronavirus, avance l'Osms.

Les consultations menées par l'association des importateurs Motosuisse auprès de ses membres révèlent que la catégorie intermédiaire (35kW) en particulier et les motos «présentant un rapport qualité-prix intéressant» ont été particulièrement prisées.

«Cela montre clairement que non seulement les scooters, mais aussi les motos, ne sont plus utilisés exclusivement comme véhicules de loisir par la population, mais également comme véhicules utilitaires et moyens de transport, comme par le passé», conclut l'Osms.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
48 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Journalfatiguant

09.07.2020 à 11:19

Donc la seule raison pour acheter une moto actuellement c'est pour ne pas prendre le bus ? Sachant qu'une grande majorité de motards avaient déjà une voiture... par contre vous vous dites pas que la nouvelle loi sur le permis a une incidence ? Et qu'éventuellement après avoir été cloîtrés deux mois, une partie des gens souhaitent réaliser cette envie de rouler à moto. Qui plus est, les passions "payantes" ayant été impossibles pendant 2 mois, les économies se font vite pour sauter le pas. Bref... acheter une moto pour pas prendre le bus... doit y avoir 100 guignols dans tout le pays qui font ça... Quel journalisme !

JP Coutant

09.07.2020 à 10:50

Bonjour Je ne suis pas d’accord. Pour ma part sur Lausanne, c’est la multiplication des incivilités plus le nombre de 2 roues augmente. Donc le nombre d’accidents va augmenter aussi et ce n’est pas le moment de faire intervenir les policiers ou les pompiers qui ont autre chose à faire. Merci de votre attention et portez-vous bien.

capo

09.07.2020 à 10:15

C'est surtout que à partir du 1 janvier 2021 les plus de 25 ans ne pourront plus faire le permis gros cube directement, ils seront obliger de rouler brider et de refaire une pratique après. Donc go pour faire le maximum de permis gros cube