La «murder-party» fait un tabac dans les entreprises

Actualisé

La «murder-party» fait un tabac dans les entreprises

Après le saut à l'élastique ou le rafting, les entreprises découvrent le jeu de rôle pour fédérer les équipes gagnantes.

Depuis deux ans, une nouvelle tendance venue des Etats-Unis s'impose dans les entreprises: le jeu de rôle ludo-éducatif. Ainsi, les «murder-parties», enquêtes criminelles entre collègues, se multiplient à la Société Générale ou à EDF, à Paris et en France, mais aussi en Belgique et en Allemagne.

«C'est souvent dans le but de résoudre une problématique relationnelle dans l'entreprise», confie Christian Ménard, gérant de la société Incenteam, à Paris.

Comment intégrer rapidement huit nouveaux dans un service de 200 collaborateurs? Il suffit de les transformer en suspects qui passent de table en table et répondent aux questions de leurs collègues. Seul le coupable a le droit de mentir.

«Sous couvert de franche rigolade, des choses importantes peuvent être dites sans froisser, observe Christian Ménard. Les équipes expérimentent aussi le partage d'information sans lequel l'enquête ne peut être résolue. «L'esprit de compétition interne ne permet plus d'avoir des équipes performantes», conclut Christian Ménard.

Giuseppe Melillo

Ton opinion