Mars - La NASA confirme que son rover a prélevé son premier échantillon de roche
Publié

MarsLa NASA confirme que son rover a prélevé son premier échantillon de roche

En mission sur Mars, l’engin Perseverance, de la NASA, a bien pu prendre un morceau de roche et le stocker. L’agence spatiale américaine s’en est félicitée lundi.

Perseverance a réussi son coup au deuxième essai.

Perseverance a réussi son coup au deuxième essai.

AFP

L’agence spatiale américaine a confirmé que son rover Perseverance avait réussi à prélever son premier échantillon de roche sur la planète Mars. «Je l’ai!» a tweeté le rover de la NASA dans les premières heures de lundi, avec une photo de l’échantillon.

L’agence spatiale avait dit, la semaine dernière, qu’elle pensait avoir réussi ce prélèvement, mais l’incertitude persistait, car les photos prises par le rover étaient peu concluantes, en raison du manque de luminosité. L’engin a donc dû reprendre des clichés.

De la taille d’un porte-documents

«Avec une meilleure lumière sur le fond du tube de collecte, vous pouvez voir que l’échantillon de roche que j’ai collecté est toujours là», a confirmé la NASA dans son tweet. Prochaine étape: reboucher le tube et le stocker. La NASA a choisi une roche de la taille d’un porte-documents, baptisée «Rochette».

Perseverance avait échoué lors de sa première tentative de prélever un morceau de roche sur Mars, en août, la pierre étant trop friable.

Ramener les échantillons dans dix ans

Le module, qui fait la taille d’un gros SUV, s’est posé le 18 février dans le cratère de Jezero, dont les scientifiques pensent qu’il abritait un profond lac il y a 3,5 milliards d’années. Un environnement qui aurait pu créer les conditions nécessaires à une vie extraterrestre. Son objectif: chercher des signes de vie ancienne, comme des traces de vie microbienne fossilisées dans les roches, mais aussi mieux comprendre la géologie martienne.

La NASA prévoit une mission chargée de ramener une trentaine d’échantillons sur Terre, dans les années 2030, afin qu’ils soient analysés par des instruments bien plus sophistiqués que ceux pouvant être apportés sur Mars à l’heure actuelle.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires