Actualisé 07.04.2013 à 09:11

EspaceLa Nasa prévoit de capturer un petit astéroïde

L'agence spatiale américaine envisage de mettre un astéroïde en orbite autour de la Lune. Il ne lui reste plus qu'à le capturer.

La Nasa veut exploiter les ressources des astéroïdes.

La Nasa veut exploiter les ressources des astéroïdes.

La Nasa, l'agence spatiale américaine, envisage une mission robotique pour capturer un petit astéroïde avant de le remorquer pour le mettre sur orbite de la Lune. Le président Barack Obama proposera pour ce nouveau projet une enveloppe de cent millions de dollars dans son budget 2014.

«Ceci fait partie de ce qui deviendra un programme beaucoup plus étendu», a indiqué vendredi soir sur son site internet le sénateur Bill Nelson, un démocrate de Floride membre clé de la sous-commission de l'espace du Sénat.

«Ce programme combine à la fois la recherche nécessaire pour exploiter les ressources des astéroïdes et les moyens de dévier leur trajectoire en cas de menace pour la Terre ainsi que le développement de technologies permettant de faciliter une future mission (habitée) vers Mars», précise l'élu.

Le sénateur explique que l'idée d'un tel projet avait été initialement avancée en 2012 par l'institut de Technologie de Californie à Pasadena et retenue par la Nasa et le bureau de la science et de la technologie de la Maison Blanche qui ont ensuite invité d'autres centres de recherche et universités à s'y joindre.

Quatre ans plus tôt

L'objectif du président Obama d'envoyer des astronautes sur un astéroïde proche de la Terre d'ici 2025 ne peut pas être atteint avec le budget actuellement projeté pour les années à venir.

Mais en remorquant robotiquement un astéroïde de 500 tonnes dans la proximité de la Terre, comme autour de la Lune, on donnerait aux astronautes une destination vers un tel objet «à un coût acceptable», indique le sénateur Nelson citant l'étude réalisée par ces scientifiques à laquelle il a eu accès.

Ainsi l'objectif de la visite d'un astéroïde par des astronautes américains serait avancé de quatre ans, dit-il. (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!