Football - Euro 2016: La Nati doit combattre les stats
Actualisé

Football - Euro 2016La Nati doit combattre les stats

Les statistiques prennent de plus en plus de place dans le football moderne. Face à la Slovénie, samedi, la Suisse devra les faire mentir.

par
Robin Carrel
Jona
Xherdan Shaqiri n'a pas encore trouvé la faille avec son nouveau club.

Xherdan Shaqiri n'a pas encore trouvé la faille avec son nouveau club.

Depuis le début de saison – si l'on part du principe que la Suisse s'alignera ainsi samedi au Parc St-Jacques: Sommer; Lichtsteiner, Schär, Klose, Rodriguez; Inler, Xhaka, Behrami; Shaqiri, Seferovic, Mehmedi –, les Helvètes éprouvent toutes les peines du monde à trouver le fond des filets. Ce n'est pas vraiment nouveau, mais cet exercice 2015-2016 en est une impressionnante confirmation.

Depuis que les premiers coups d'envoi ont été donnés au début du mois d'août, seuls quatre joueurs titulaires au sein de la Nati ont marqué. Les défenseurs Rodriguez et Klose, ainsi que les attaquants Mehmedi et Seferovic. Tous ont scoré à une seule reprise. C'est moins de la moitié des buts encaissés (9) par le seul Sommer avec le Borussia Mönchengladbach en Allemagne!

«Ils ne vont pas spéculer»

Cela ne semble pas inquiéter outre mesure les Helvètes, sûrs de leur force jeudi, après l'entraînement à Jona (SG): «La Slovénie est une équipe bien ordonnée, avec des bons joueurs, assure Valon Behrami. Il faudra bien sûr faire attention... Mais, sur le papier, on a une équipe plus forte que les Slovènes.» Encore faudra-t-il traduire cela au tableau d'affichage. A l'aller, il y a 11 mois, la Suisse avait bet et bien été meilleure, mais avait été battue au final (1-0 sur un penalty douteux à la 79e minute).

«Je pense que ça va être un tout autre match qu'à Maribor, espère Gelson Fernandes. Les Slovènes ne peuvent pas se permettre un autre résultat que de gagner. Ils ne vont pas spéculer, mais être agressifs, compacts et tenter les coups à fond. Nous, on va jouer la gagne aussi. Si on l'emporte, on fera un grand pas vers l'Euro 2016 en France.» Le Rennais et ses coéquipiers repousseraient en effet leurs adversaires du soir à six longueurs, alors qu'il ne restera que trois matches à jouer (en Angleterre mardi, puis contre St-Marin et en Estonie en octobre).

Embolo, le porte-bonheur?

Par ailleurs, la bonne nouvelle pour le coach Petkovic est qu'il peut compter sur des éléments qui ne sont pas confinés sur les bancs ou en tribunes. A part le capitaine Inler (100 minutes de jeu) et le leader offensif Shaqiri (157), dont les transferts en Angleterre ont été longs à se dessiner, tous les sélectionnés ont passé au moins quatre heures sur le terrain cette saison. Un gage de rythme qui pourrait s'avérer important, si la Suisse peine encore une fois à se rendre un match facile en marquant tôt.

Au pire, le sélectionneur pourra toujours appeler Embolo en cours de jeu. Le Bâlois a déjà marqué trois fois cette saison et offert deux passes décisives. En plus, c'est lui qui avait aidé la Nati à se sortir du piège lituanien en juin dernier, en lançant Shaqiri vers l'importantissime victoire 1-2 à Vilnius. Le jeune attaquant aurait ainsi une bonne tête de porte-bonheur. En dernier recours, mais alors vraiment en cas de coup dur, Petkovic pourra toujours faire entrer un Romand. On ne sait jamais...

Les statistiques des titulaires depuis le début de saison.

9 buts encaissés. 1 victoire et 3 défaites.

Schär: 327 minutes de jeu. 1 nul et 3 défaites.

1 but marqué.

Lichtsteiner: 242 minutes de jeu. 1 victoire et 2 défaites.

1 but marqué.

Inler: 100 minutes de jeu. 1 victoire et 2 nuls.

Xhaka: 341 minutes de jeu. 1 victoire et 3 défaites.

Behrami: 343 minutes de jeu. 3 nuls et 2 défaites.

Shaqiri: 157 minutes de jeu. 1 victoire, 1 nul et 2 défaites.

1 but marqué.

1 but marqué.

Ton opinion