Equipe de Suisse: La Nati s'est réveillée d'excellente humeur
Actualisé

Equipe de SuisseLa Nati s'est réveillée d'excellente humeur

L'entraînement de samedi matin a été très joyeux, dans la droite ligne du caractère joueur montré par la Suisse vendredi.

par
Timothée Guillemin
Budapest
Les remplaçants de vendredi, dont Léo Lacroix, ont eu droit à un entraînement un peu plus poussé.

Les remplaçants de vendredi, dont Léo Lacroix, ont eu droit à un entraînement un peu plus poussé.

photo: Keystone/Georgios Kefalas

La journée de samedi a commencé par une double nouvelle: celle du départ de Valon Behrami (suspendu) et d'Eren Derdiyok (touché aux adducteurs) et l'arrivée d'Edimilson Fernandes et de Shani Tarashaj, appelés en renforts des M21. Le Valaisan pourrait donc connaître sa première sélection lundi en Andorre, si Vladimir Petkovic le juge utile.

Valon Behrami a donc souhaité s'épargner le déplacement andorran, lui qui a manifestement fait exprès de recevoir un carton jaune en toute fin de match à Budapest vendredi. Le milieu de terrain de l'équipe de Suisse n'est pas un grand fan des terrains synthétiques, lesquels font souffrir ses genoux plus qu'un terrain en herbe. Suspendu, il est donc déjà rentré à Londres pour retrouver son club de Watford. Cela n'a pas chagriné Vladimir Petkovic, lequel a donné son approbation à son joueur avant que celui-ci ne fasse preuve d'antijeu de manière (très) ostentatoire vendredi. Evidemment, le sélectionneur national préfère se priver de son guerrier Behrami face à Andorre que lors d'un match plus important.

Difficile de dire pour l'instant quelle équipe Vladimir Petkovic va aligner lundi. L'heure n'est pas à de telles réflexions et l'entraînement de samedi matin a surtout servi de réveil musculaire et de décrassage. Les titulaires de vendredi ont effectué quelques tours de terrain à très basse vitesse, tandis que les remplaçants ont mis un peu plus d'intensité dans un jeu avec ballon. Et, bien sûr, tout ce petit monde était d'excellente humeur sur un des terrains synthétiques du superbe complexe omnisports de Ferencvaros, où les jeunes adeptes de waterpolo du club local ont côtoyé les stars de l'équipe de Suisse avec une certaine indifférence.

La Nati a donc pu travailler dans la tranquillité (et sous un magnifique soleil) avant de prendre l'avion en milieu d'après-midi en direction de Barcelone. De là, les Suisses prendront le bus pour aller en Andorre, où ils arriveront en début de soirée, si tout va bien. De là à dire que le déplacement s'annonce plus compliqué d'un point de vue logistique que sportif, il n'y a qu'un pas que Ricardo Rodriguez se refuse de franchir. «Ils vont tout donner. Il faudra être sérieux et combattre les discours qui nous promettent la victoire sans jouer», prévient le latéral gauche de la Nati, buteur pour la première fois en sélection vendredi.

Ton opinion