Canton de Soleure: La nationalité des criminels devra être mentionnée
Actualisé

Canton de SoleureLa nationalité des criminels devra être mentionnée

La police et la justice soleuroises devront à l'avenir mentionner la nationalité des criminels dans leurs communiqués.

Le Grand Conseil du canton a accepté mercredi par 67 voix contre 26 une initiative populaire de l'UDC qui l'exige.

Le Conseil d'Etat, qui s'est opposé au texte, doit maintenant élaborer une révision de loi, qui sera soumise au parlement puis aux citoyens. L'initiative de l'UDC ne passera elle pas devant le peuple.

Selon le gouvernement soleurois et la gauche, mentionner systématiquement la nationalité des criminels dans le cadre de l'information au public contrevient aux constitutions fédérale et cantonale.

Une expertise du juriste spécialisé Thomas Fleiner a conclu que l'initiative de l'UDC enfreint le droit à la protection de la sphère privée et l'interdiction de discriminer indirectement certains groupes de citoyens.

Selon l'UDC soleuroise, les citoyens ont un droit à la transparence. Lorsque la nationalité d'un criminel n'est pas mentionnée, les gens spéculent, argumente le parti. Contrairement à d'autres polices cantonales, la police et les autorités judiciaires soleuroises ne précisent normalement pas le pays d'origine des personnes impliquées dans les crimes et les accidents.

(ats)

Ton opinion