Zurich: La nationalité des délinquants fait débat
Actualisé

ZurichLa nationalité des délinquants fait débat

L'UDC veut que la nationalité des délinquants soit systématiquement mentionnée. Le gouvernement lui oppose un contre-projet qui nuance le caractère systématique.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Le parlement zurichois a décidé ce lundi de soutenir le contre-projet du gouvernement à l'initiative de l'UDC exigeant la mention de la nationalité des auteurs de délits dans les communiqués de police. L'UDC décidera après la deuxième lecture si elle retire son initiative.

L'initiative exige que la police précise systématiquement dans ses communiqués et conférences de presse la nationalité des auteurs présumés de délits et des victimes ainsi que l'âge et le sexe. En cas de demande, il faudra aussi dire si l'auteur ou la victime sont issus de la migration.

Le contre-projet du gouvernement prévoit que la police précise l'âge, le sexe et la nationalité de l'auteur présumé et de la victime si aucune raison liée à la protection de la personnalité ne s'y oppose et s'il n'existe aucun risque que les personnes puissent être identifiées. Il n'est pas prévu de dire si elles sont issues de la migration.

Décision de la ville de Zurich

L'UDC avait lancé son initiative après la décision de la ville de Zurich de ne plus donner la nationalité des auteurs présumés de délits et des victimes. Le parti a récolté 9500 signatures (6000 étaient nécessaires).

Pour l'UDC, ne pas donner la nationalité des auteurs de délits et des victimes est de la «censure» et de la «désinformation». Il existe un véritable intérêt public à connaître la nationalité des personnes concernées.

Le parti n'a pas encore décidé s'il va retirer son initiative. Il attend la deuxième lecture du contre-projet du gouvernement. Si l'initiative est retirée, il n'y aura pas de votation populaire. Si elle est maintenue, les citoyens zurichois devront se prononcer sur l'initiative et le contre-projet.

Polices cantonales

La décision de la ville de Zurich va à l'encontre de la tendance en Suisse. Toujours plus de polices cantonales précisent la nationalité des auteurs de délits. La Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS) a décidé de recommander de donner la nationalité après un long débat.

Dans le canton de Soleure, les citoyens ont accepté en 2012 une initiative de l'UDC exigeant que la police et la justice précisent la nationalité des délinquants dans leurs communiqués. Dans le canton de St-Gall, le parlement a accepté en 2016 une initiative similaire des Jeunes UDC et a ensuite approuvé une modification de la loi sur la police.

La pratique diffère selon les cantons

Le débat sur la mention ou non de la nationalité des délinquants n'est pas une spécificité genevoise. Roger Schneeberger, secrétaire général de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police, lie la pratique actuelle à un besoin de transparence: «Il ne faut pas cacher des informations à la population, au risque de renforcer les ressentiments.» Pour rappel, la question revient fréquemment en Une de l'actualité depuis la décision d'arrêter cette mention, prise par la police municipale de Zurich en 2017.

La police lausannoise avait annoncé mi-juillet qu'elle allait continuer à donner l'origine des personnes interpellées.

La pratique diffère selon les cantons. La police vaudoise divulgue «systématiquement l'âge, l'origine et le domicile des auteurs ou victimes présumés, qu'ils soient Suisses ou étrangers», avait indiqué un porte-parole de la police vaudoise au «Temps». La police genevoise, elle, module ses communiqués en fonction des différents canaux.

A Neuchâtel, la police indique la nationalité des auteurs et des victimes «seulement s'il y a un intérêt prépondérant pour la compréhension du contexte ou de l'affaire».

A Soleure, les citoyens ont accepté en 2012 une initiative de l'UDC obligeant la police et la justice à donner la nationalité des délinquants. Idem à Saint-Gall depuis 2010, après un texte des Jeunes UDC. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion