Aérospatiale: La navette sans pilote sera un peu suisse
Actualisé

AérospatialeLa navette sans pilote sera un peu suisse

Basée sur le campus lausannois, à l'EPFL, CFS Engineering prépare la rentrée dans l'atmosphère du véhicule sans pilote de l'Agence spatiale européenne.

par
Francesco Brienza

Le sort d'un programme de l'Agence spatiale européenne (ESA) se joue, en partie, dans les bureaux d'une petite entreprise vaudoise de cinq employés spécialisée dans l'aéronautique.

Calculer l'impact de l'onde de choc

La société CFS Engineering, basée dans le parc scientifique de l'EPFL, est en effet partie prenante dans le projet de navette spatiale sans astronaute à son bord «IXV» (Intermediate eXperimental Vehicle). L

Le défi est de taille. La vitesse très élevée du véhicule (7 km/seconde) créera une onde de choc. La première mission des Vaudois est de calculer son impact sur la stabilité en vol de l'engin.

Un projet vital pour l'entreprise

Outre l'enjeu aérodynamique, le projet comporte un volet thermique. CFS Engineering doit également déterminer les températures que subira la navette. De ces travaux décisifs dépendra le choix des matériaux qui composeront la «carrosserie» du véhicule.

«Economiquement, ce mandat est vital pour notre entreprise, nous explique Dominique Charbonnier, de chez CFS Engineering. Nous en tirons plus d'un quart de nos revenus depuis 2007.»

La vidéo du projet de l'agence spatiale européenne.

Ton opinion