Actualisé 31.03.2020 à 17:33

Basketball

La NBA confinée à Las Vegas?

Les trente franchises nord-américaines pourraient être réunies dans le désert du Nevada pour terminer cette saison.

de
André Boschetti
La NBA veut sauver des millions en jouant dans la «ville du pêché».

La NBA veut sauver des millions en jouant dans la «ville du pêché».

Comme leurs homologues du monde entier, les dirigeants de la NBA cherchent par tous les moyens de terminer la saison en cours. Pour des raisons sportives, bien sûr, mais surtout financières puisqu'une annulation pure et simple impliquerait des pertes qui sont aujourd'hui évaluées à près d'un milliard de dollars. Ce qui aurait pour principale conséquence une réduction collective du salary cap dès l'exercice 2020-2021.

Mais on n'en est pas encore là et l'espoir de conclure, même tardivement, la saison est encore bien réel. L'idéal serait bien entendu de prolonger la saison jusqu'au mois d'août, voire plus tard encore, pour avoir ainsi le temps de disputer la fin de la saison régulière puis les play-off. Mais parmi les différentes alternatives qui germent dans les esprits, celle de réunir – cet été si possible – toutes les franchises de NBA à Las Vegas est à la fois cocasse et intéressante.

Les joueurs et les accompagnants de chaque franchise logeraient en vase clos le temps de leur séjour sportif dans le désert du Nevada. Les membres de chaque équipe occuperaient un hôtel différent, sans contact entre eux. Sauf pour y disputer leurs rencontres qui auraient toutes lieu au Thomas Mack Center.

Une finale en best of 5

Sportivement, la fin de la saison régulière serait alors annulée et les équipes les moins bien classées disputeraient un petit tournoi entre elles à l'issue duquel les meilleures classées se verraient offrir une place en play-off. Dont le 1er tour se jouerait au meilleur des cinq matches. La suite se passerait en élimination directe jusqu'à la grande finale qui aurait, elle aussi, un maximum de cinq parties. Une fin de saison raccourcie à laquelle les spectateurs ne seraient pas conviés mais qui pourrait satisfaire les TV et autres sponsors.

Si LeBron James n'a pas manifesté le moindre intérêt pour cette version écourtée de la saison, plusieurs autres joueurs, dont CJ McCollum, l'arrière des Portland Trail Blazers, ont montré moins de réticences que la star des Lakers. «La NBA est en bonne position pour expérimenter pas mal de choses, dit-il. Mais le plus important maintenant est de savoir comment tout cela sera organisé et structuré.»

Un scénario ultime qui ne fait certes pas l'unanimité aujourd'hui mais qu'Adam Silver, le big boss de la NBA, et les patrons des trente franchises pourraient bel et bien adopter pour sauver quelques centaines de millions de dollars si la pandémie devait se prolonger longtemps encore aux États-Unis.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!