Crise en Islande: La négligence des dirigeants en cause
Actualisé

Crise en IslandeLa négligence des dirigeants en cause

Les dirigeants de l'Islande n'échappe pas aux critiques. Ils seraient responsables de la crise du pays.

Le très attendu «rapport Vérité» sur la chute financière de l'Islande en octobre 2008 a mis en cause lundi l'«extrême négligence» du Premier ministre et plusieurs dirigeants de l'époque, ainsi que la croissance fulgurante et disproportionnée des banques de l'île.

Les propriétaires des banques islandaises Kaupthing, Lansdbanki et Glitnir, nationalisées d'urgence pour éviter une faillite généralisée, sont également accusés d'avoir abusé de leurs positions en touchant des prêts «inappropriés», selon cette somme de plus de 2000 pages concluant une enquête entamée fin 2008.

Le rapport accuse d'«extrême négligence» l'ancien Premier ministre conservateur Geir Haarde, l'ex-gouverneur de la banque centrale David Oddsson - homme fort de la droite islandaise - ainsi que le ministre des Finances et le ministre des Banques de l'époque, MM. Arni Mathiessen et Björgvin Sigurdsson.

Informations dissimulées

MM. Oddsson et Haarde ont, au printemps 2008, dissimulé des informations au reste du gouvernement sur les difficultés financières des banques, a accusé le président de la commission d'enquête, Pall Hreinsson, lors d'une conférence de presse suivant la publication du rapport.

«En avril 2008, il y a eu au moins cinq rencontres entre le Premier ministre, le ministre des Finances, le ministre des Affaires étrangères et les directeurs de la banque centrale sur la situation des banques et de l'économie», a-t-il déclaré.

Le ministre des Banques n'a cependant été informé de «rien de ce qui s'était passé lors de ces réunions et le gouvernement n'a reçu aucune note sur celles-ci», a-t-il souligné, précisant avoir transmis dimanche le rapport au parquet de la justice islandaise. Dans cette enquête, «chacun a pointé son doigt sur quelqu'un d'autre pour désigner le responsable», a-t-il critiqué.

Crise majeure

L'effondrement du système bancaire hypertrophié islandais, passé d'une à près de dix fois le PIB de l'île de moins de 320'000 habitants entre 2004 et 2007, a entraîné une crise économique sans précédent, avec l'explosion du chômage et de la dette publique, ainsi que l'effondrement de la monnaie islandaise.

Après une série de manifestations durant l'hiver 2008-2009, M. Haarde avait démissionné. Le gouvernement de gauche qui l'avait remplacé, le premier de l'histoire de l'Islande, avait immédiatement chassé de la banque centrale David Oddsson, artisan de la dérégulation financière des années 1990.

L'enquête de la commission spéciale du Parlement, baptisée en Islande «rapport Vérité», visait à déterminer comment et pourquoi le système bancaire s'était effondré.

«En sept ans, les trois banques sont devenues 20 fois plus grosses et c'est la principale raison de la chute de l'économie», a souligné une membre de la SIC, Sigridur Benediktsdottir, qui a également dénoncé le comportement des grands banquiers. «Selon les livres de comptes des banques, tous les anciens propriétaires de ces trois banques ont reçu des prêts inappropriés de ces établissements».

Incompétence

Le rapport, qui souligne que la banque centrale s'est avérée trop petite pour venir en aide à ses banques dans la tourmente, estime aussi que c'est un manque d'expérience qui a précipité l'effondrement financier du pays. Selon Salvor Nordal, une autre membre de la SIC, «les principaux acteurs n'avaient ni la compétence ni l'expérience pour amortir les dégâts causés par l'effondrement de notre système économique».

(ats/afp)

Ton opinion