La neutralité ne signifie pas être indifférent aux défis du monde

Publié

Guerre en UkraineLa «neutralité ne signifie pas être indifférent aux défis du monde»

Interrogé par la «RSI», le secrétaire général de l’OTAN affirme que des munitions suisses «permettraient de protéger la population ukrainienne».

Jens Stoltenberg est le secrétaire général de l’OTAN depuis 2014.

Jens Stoltenberg est le secrétaire général de l’OTAN depuis 2014.

AFP

Si la Suisse a décidé de suivre les sanctions que l’Union européenne a édictées contre la Russie, il y a un point contre lequel notre pays ne démord pas: depuis le début du mois novembre, Berne a refusé à plusieurs reprises que l’Allemagne livre des munitions suisses en Ukraine. Un choix qui divise. Décision de «trou du cul» pour un ancien ambassadeur ukrainien, elle semble un peu mieux comprise par Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, interviewé par la «RSI» (article en italien).

«C’est une décision que la Suisse doit prendre mais, pour moi, il est important que vous compreniez qu’il y a un besoin urgent de munitions, en particulier de munitions aériennes, comme celles que la Suisse produit. Chaque jour, des personnes meurent parce qu’elles sont incapables d’abattre les drones et les missiles russes. Votre aide – des munitions suisses – permettrait de protéger la population ukrainienne de la «guerre brutale» de la Russie», déclare-t-il.

Quant à savoir si cette question des armes pourrait être un frein à une collaboration plus étroite entre la Suisse et l’OTAN, Jens Stoltenberg se veut rassurant. «Nous sommes prêts, si la Suisse le souhaite, à faire plus. Bien sûr, le respect total de la neutralité est votre décision. Mais mon idée de neutralité ne signifie pas que vous deviez être indifférents aux défis que nous voyons dans le monde», affirme-t-il.

(aze)

Ton opinion

36 commentaires