Gouvernement Obama: La nomination d'Hillary Clinton se confirme
Actualisé

Gouvernement ObamaLa nomination d'Hillary Clinton se confirme

La nomination d'Hillary Clinton à la tête de la diplomatie américaine est «sur les rails», selon l'entourage du président élu Barack Obama.

Elle devrait intervenir après les congés de la fin de semaine prochaine à l'occasion de la fête de Thanksgiving.

La nomination au poste de secrétaire d'Etat de la sénatrice de New York, battue par Barack Obama pendant les primaires démocrates, est sujette à d'intenses spéculations depuis qu'elle a été reçue la semaine dernière par Barack Obama à son quartier général de Chicago.

Les dernières entraves ont semble-t-il été levées après que son mari, l'ancien président Bill Clinton, a offert de soumettre ses activités à un examen éthique et d'identifier les donateurs de sa fondation pour éviter les conflits d'intérêts.

Deux personnalités fortes

L'annonce officielle ne devrait pas intervenir avant la fin des congés de la fête américaine de Thanksgiving, du jeudi 27 novembre au dimanche suivant, a indiqué vendredi un collaborateur de M. Obama sous le couvert de l'anonymat.

Selon le «New York Times», qui cite deux proches de lHillary Clinton, celle-ci a accepté le poste. «Elle est prête», a dit l'un d'entre eux au journal.

L'idée que Mme Clinton occupe le poste de secrétaire d'Etat a été bien accueillie dans le monde politique américain. Mais certains commentateurs se demandent comment deux personnalités aussi fortes pourront s'accorder et si cela n'aura pas un effet néfaste sur le fonctionnement de l'administration en suscitant des oppositions destructrices.

La nomination d'Hillary Clinton au poste de secrétaire d'Etat serait «très bien reçue» à l'étranger, a estimé pour sa part vendredi le diplomate en chef de l'Union européenne (UE) Javier Solana. «C'est une forte personnalité», a ajouté M. Solana au cours d'un entretien avec des journalistes à Washington, où il a rencontré jeudi la représentante de l'équipe de transition du président élu Barack Obama, Madeleine Albright.

(ap)

Ton opinion