Fribourg: La nounou fait les courses, le bambin attend à l'entrée
Actualisé

FribourgLa nounou fait les courses, le bambin attend à l'entrée

Un garçon de 4 ans n'a pas pu entrer dans un magasin, à cause d'une trop forte affluence. Sa baby-sitter a dû se résoudre à le laisser sous la surveillance d'une employée de la sécurité.

par
Valentina San Martin
Keystone/Melanie Duchene

Samedi, Daniela devait travailler et son compagnon était de service à la Protection civile. Elle a donc fait garder son enfant et a demandé à la nounou de faire quelques courses, n'ayant pas le temps de s'en charger elle-même. «Mais la sécurité a interdit à mon fils de 4 ans l'accès au magasin», dénonce cette mère de famille, encore sous le choc. Car faute de place à l'intérieur, la nounou a dû laisser l'enfant à l'entrée du supermarché, sous la surveillance d'une employée.

Une personne pour 10 mètres carrés

«Depuis la semaine dernière déjà, nous suivons les recommandations fédérales et n'autorisons qu'une personne pour 10 mètres carrés dans un magasin, personnel compris, explique Tristan Cerf, porte-parole de Migros. La situation s'est largement calmée. Ce n'est qu'à certaines heures de la journée qu'un comptage est effectué, notamment tôt le matin et les samedis. Mais, aux heures de pointe, il y a le risque en effet qu'une seule personne par ménage soit acceptée dans le magasin.»

Tristan Cerf précise que les enfants en bas âge sont aussi compris dans le décompte, avant d'ajouter qu'il peut y avoir des différences d'une filiale à l'autre. L'application des directives nationales incombe aux gérants et aux coopératives régionales: «Certaines succursales sont très petites, il est aisé de compter le nombre de clients. D'autres sont très grandes et un système strict doit être mis en place. Pour garantir la distanciation entre les clients, si vraiment on ne peut pas faire autrement que de faire ses courses accompagné d'un enfant, alors celui-ci doit si possible s'asseoir dans le caddie, ou rester proche du parent.»

Dans le cas de la Migros de Fribourg, où s'était rendue la personne qui gardait le fils de Daniela, «la sécurité a demandé à cette dame si elle allait acheter des fruits ou des légumes, ce qui était le cas. Comme le rayon en question ne peut recevoir que cinq personnes à la fois et que, ce samedi-là, il y avait déjà une longue file d'attente, toute personne accompagnée a été priée d'entrer seule ou de revenir plus tard.» Tristan Cerf se dit toutefois désolé si cette personne s'est sentie lésée et l'encourage, pour une prochaine fois, à essayer de venir en dehors des heures de pointe.

Quels systèmes ailleurs?

Chez Denner, où les filiales sont en général petites, il n'y a pas de caddie dans lequel installer un enfant. Les adultes doivent donc garder les petits proches d'eux ou les laisser près des caisses, dans un lieu prévu pour eux.

Et chez Coop, pour éviter d'avoir trop de clients en même temps dans un magasin, on utilise des cartes numérotées en fonction du nombre de personnes autorisées à entrer, que les gens restituent à la sortie. «S'il y a foule, nous ne laissons entrer qu'une personne par famille dans le magasin. Bien entendu, cela ne s'applique pas aux parents qui font des courses avec leurs enfants», explique Markus Brunner, du service presse de la coopérative.

Ton opinion