Actualisé

SuisseLa nouvelle app d'Helsana fait grincer des dents

La caisse maladie Helsana a lancé en septembre une application qui propose des rabais à ses assurés en bonne santé. Malaise à Berne.

par
smk/nxp
Helsana+ a été homologée par l'OFSP. Reste à voir ce qu'en pensera le préposé fédéral à la protection des données.

Helsana+ a été homologée par l'OFSP. Reste à voir ce qu'en pensera le préposé fédéral à la protection des données.

Keystone

La caisse maladie Helsana a lancé fin septembre 2017 sa nouvelle application Helsana+, qui offre différents rabais... pour ses assurés en bonne santé ou ayant un style de vie sain. L'apparition de rabais dans l'assurance obligatoire est une nouveauté en Suisse mais elle fait grincer des dents, comme l'a expliqué la radio alémanique SRF.

Pour Sara Stalder, directrice de la fondation alémanique de défense des consommateurs, Helsana ne procède qu'à une chasse déguisée aux bons risques. «Toutes les personnes n'ont plus le même accès aux assurances. C'est l'esprit même de l'assurance de base qui est ainsi torpillée.»

Avec cette politique, Helsana va à l'encontre du principe de solidarité, accuse le conseiller national Karl Vogler (PDC/OW). «Si les autres caisses maladie s'en inspirent, c'est tout le système qui sera miné.» Tout comme ses collègues Marianne Streiff-Feller (PEV/BE) et Prisca Birrer-Heimo (PS/LU), il a déposé une motion pour la fin de la session de printemps à ce sujet.

De la discrimination cachée?

«L'assurance de base doit être la même pour tous», souligne Marianne Streiff-Feller, également présidente de l'association nationale des institutions pour personnes avec handicap. Elle n'accepte pas que cette application ne récompense que les personnes en bonne santé et discrimine ainsi les autres comme les retraités ou les handicapés. «Les caisses maladie procèdent ainsi à une sélection des risques qui doit être endiguée.» La Confédération a déjà introduit en 2017 des barrières destinées à empêcher la chasse aux bons risques.

Pour Karl Vogler, le programme de rabais d'Helsana va à l'encontre de la politique de la santé voulue par Alain Berset, qui veut améliorer l'égalité des chances. «Ce programme fait exactement le contraire: les malades, les handicapés et les seniors sont clairement discriminés.»

Feu vert des autorités

L'application en question a pourtant été dûment examinée par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui lui a donné son feu vert. «D'un côté, le programme est ouvert à tous. On peut collecter des points autrement que par les activités sportives. D'un autre côté, l'argent pour ce programme de rabais ne provient pas de l'assurance de base», a expliqué au Blick la porte-parole de l'OFSP, Katrin Holenstein.

Autrement dit, les assurances complémentaires financent avec leurs primes ces rabais destinés aux assurés de base. Une politique qui heurte également les projets d'Alain Berset, le Conseiller fédéral voulant séparer encore plus nettement l'assurance de base et les complémentaires.

Verdict dans les prochains jours

Helsana rejette toutes ces accusations. «Helsana+ ne récompense pas que les sportifs mais aussi la prévention, l'engagement social et la fidélité aux offres d'Helsana. En outre, l'application ne permet de récolter que 7500 points soit 75 francs en espèces par an, contre 30'000 points pour les assurés complémentaires.»

Helsana+ ne risque donc rien dans l'immédiat, si ce n'est les foudres d'Adrian Lobsiger, le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT). Il enquête depuis plusieurs mois sur l'application, voulant savoir ce que le groupe d'assurance fait avec les données ainsi collectées. Son verdict pourrait tomber dans les prochains jours.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!