Suisse: La nouvelle procédure d'asile donne satisfaction
Actualisé

SuisseLa nouvelle procédure d'asile donne satisfaction

Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) doit bientôt publier un premier rapport sur la réforme du droit d'asile.

Le centre d'accueil de la Juch-Areal à Zürich a servi de test à la nouvelle politique d'asile durant 20 mois.

Le centre d'accueil de la Juch-Areal à Zürich a servi de test à la nouvelle politique d'asile durant 20 mois.

photo: Keystone

Le rapport qu'a préparé le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) sur la nouvelle politique d'asile se base sur vingt mois d'essai au centre d'accueil de la Juch-Areal à Zurich. Il doit être présenté dans deux semaines.

Les premiers constats sont encourageants, explique le Blickqui s'en est procuré un exemplaire. Le nouveau régime est plus rapide et de nombreux requérants quittent la Suisse durant la procédure. Si certains disparaissent dans la nature, d'autres rentrent volontairement dans leurs pays.

Des incitations financières décisives

Le rapport souligne que les avocats qui assistent les requérants remplissent les objectifs assignés et expliquent les décisions négatives des autorités. Les obstacles tombent plus vite et il y a pour le moment peu d'erreurs formelles qui font l'objet de recours.

Les procédures accélérées ont encore gagné du temps, passant de trente à sept jours. Cette rapidité n'est rendue possible qu'avec la présence d'un juriste aux côtés du requérant.

Le rapport montre également que l'assistance juridique permet d'expliquer le système dégressif de l'aide au retour. Un requérant comprend qu'il peut obtenir plus d'argent s'il se décide à partir plus tôt. Ils reçoit 2000 francs s'il retire sa demande d'asile après la première audition et quitte la Suisse. Ce montant tombe à 1000 francs pour qui part avant la décision et à 500 francs après le rejet.

Des économies à attendre

Les économies liées au nouveau régime devraient être conséquentes, selon le cabinet McKinsey. L'administration fédérale parle de 110 millions de francs par an même si des investissements initiaux sont nécessaires. Les centres d'accueils doivent être adaptés pour assurer le respect de toute la procédure sous le même toit. L'équilibre des coûts pourrait être atteint après six ou sept ans.

La Confédération va en effet pouvoir économiser puisque la procédure sera plus courte et que les requérants resteront moins longtemps. En outre, en cas de réponse favorable, l'intégration des réfugiés pourra démarrer plus vite, ce qui réduira également les charges de l'aide sociale.

Les Suisses sont appelés à voter le 5 juin sur un référendum de l'UDC qui s'en prend à la révision de la loi sur l'asile, portée par la ministre de la justice Simonetta Sommaruga. La réforme est soutenue par tous les autres partis.

(NewsXpress)

Ton opinion