Série: «La nudité est moins dure à jouer que les sentiments»

Actualisé

Série«La nudité est moins dure à jouer que les sentiments»

Dans «Pigalle, la nuit», Armelle Deutsch incarne Emma, personnage fantasmé au cœur de ce polar onirique.

par
anne-catherine renaud

C'est son interprétation saisissante de Christine Villemin dans «L'affaire Villemin», en 2006, qui l'a consacrée. A 30 ans, Armelle Deutsch prend des risques en se dénudant, au sens propre, dans «Pigalle, la nuit». Son personnage, une danseuse qui se volatilise mystérieusement, survivra-t-elle à la première saison qui se boucle lundi soir et vous réserve un coup de théâtre? Suspense...

20minutes online. Les cheveux gominés, le regard fardé, on ne vous reconnaît pas dans «Pigalle, la nuit»…

Armelle Deutsch. Je voulais passer d'un rôle de femme à une incarnation de la séduction pure.

Qu'est-ce qui vous a motivée sur ce projet?

Hervé Hadmar, le réalisateur, cherchait une nana incarnant la beauté. Au début il auditionnait des mannequins, car Emma ne devait apparaître que furtivement. Mais je suis tombée amoureuse de ce rôle à la Laura Palmer dans «Twin Peaks». Car on est bien dans un univers à la David Lynch, avec ses mystères.

On a peu d'éléments sur Emma, comment avez-vous réussi à la rendre consistante?

J'ai fantasmé sur elle. Comme elle reste très énigmatique et se déshabille sur scène, j'étais un peu désorientée. Hervé m'a dit: «C'est ce qui se passe dans ton regard qui m'intéresse.» Je l'ai joué à fond.

Se déshabiller à l'écran, une première pour vous?

Oui. La nudité est moins difficile à jouer que les vrais sentiments. Quand on est nue, on joue d'une manière plus naturelle.

«Pigalle, la nuit», lundi 14 décembre sur Canal+ (en crypté), 20 h 45

Ton opinion