Justice: La «NZZ» et Swisscom sont satisfaits
Actualisé

JusticeLa «NZZ» et Swisscom sont satisfaits

L'affaire du vol de données chez Swisscom a tout l'air d'être close. A la satisfaction des parties.

Swisscom accepte la décision de la justice bernoise, a indiqué vendredi le géant bleu dans un communiqué.

Swisscom accepte la décision de la justice bernoise, a indiqué vendredi le géant bleu dans un communiqué.

La justice bernoise a levé la mesure superprovisionnelle à l'encontre de la «Neue Zürcher Zeitung». Cette mesure avait été exigée par l'opérateur pour préserver les intérêts de ses clients.

La «NZZ» se montre «satisfaite, mais pas surprise» de la décision du tribunal de commerce de Berne. «Cette histoire est désormais close», a déclaré vendredi à l'ats la porte-parole de la «NZZ» Bettina Schibli.

Swisscom, de son côté, accepte la décision de la justice bernoise, a indiqué vendredi le géant bleu dans un communiqué.

L'entreprise a cependant souligné que malgré la levée de la mesure superprovisionnelle, le tribunal a clairement indiqué dans son jugement que la publication de nouvelles informations pouvait constituer une violation de la loi fédérale contre la concurrence déloyale.

Empêcher la publication

Le quotidien avait écrit le 20 décembre dernier qu'une liste de 972 personnalités, entre autres des conseillers fédéraux, nationaux et aux Etats, et des représentants de l'économie figurait parmi les données dérobées. Il mentionnait en outre des vedettes du monde du sport, de l'art ou du showbiz, et avait cité quelques noms.

Swisscom avait réagi en demandant à la justice une mesure provisionnelle contre le quotidien, afin d'empêcher la «NZZ» de publier des données de clients figurant sur les bandes volées.

Pour Swisscom, il n'y a désormais plus aucun risque que des informations concernant des clients puissent être révélées de manière abusive. Il met tout en oeuvre pour que les données soient détruites dans leur intégralité. Il est également en contact avec la «NZZ» pour clarifier les circonstances dans lesquelles ces bandes ont pu atterrir à la rédaction.

Mesures de sécurité

Parallèlement, Swisscom a pris un certain nombre de mesures pour qu'une telle affaire ne se reproduise plus. Depuis 2012, les données sauvegardées dans ses centres de calcul sont réparties sur un grand nombre de disques durs différents. Chaque pièce ne contient qu'un certain nombre de données fragmentées.

D'autres mesures de sécurité ont été ou vont être prises. Par exemple, le nouveau centre de calcul du Wankdorf, à Berne, sera équipé d'un dispositif de contrôle avec détecteur de métaux et système de rayon X pour vérifier ce qui sort des bâtiments.

Vol de données

En septembre, la «NZZ» avait dévoilé être en possession de données provenant de deux centres de calcul de Swisscom, situés à Ostermundigen (BE). Les bandes lui avaient été envoyées quelques mois auparavant. Swisscom avait alors déposé plainte contre X.

Immédiatement après la divulgation du vol, l'opérateur avait exigé de la «NZZ» qu'elle rende les bandes de données. Swisscom a estimé que la divulgation et la publication de ces données ne présentaient aucun intérêt pour le public. Le quotidien zurichois lui avait alors remis trois bandes, la quatrième ayant été rendue à sa source, qui l'aurait détruite. (ats)

Ton opinion