Suisse: La pandémie a alimenté un excédent commercial inédit
Actualisé

SuisseLa pandémie a alimenté un excédent commercial inédit

Si les exportations ont piqué du nez au deuxième trimestre, les importations se sont carrément effondrées. Il en résulte un excédent commercial de 9,6 milliards de francs.

Le segment du luxe a vu ses exportations chuter de moitié entre avril et juin, et de plus de 70% dans la bijouterie-joaillerie. (archives)

Le segment du luxe a vu ses exportations chuter de moitié entre avril et juin, et de plus de 70% dans la bijouterie-joaillerie. (archives)

KEYSTONE/AP/Mark Lennihan

La pandémie de coronavirus ayant plombé les importations encore plus lourdement que les exportations entre avril et fin juin, le commerce extérieur helvétique affiche sur la période un excédent encore jamais atteint de 9,60 milliards de francs.

Les envois de biens et services accusent une chute de 11,5% à 50,10 milliards de francs, quand les entrées présentent un plongeon de 16,0% à 40,50 milliards, selon le décompte publié mardi par le Département fédéral des finances (DFF) et l’Administration fédérale des douanes (AFD).

L’essentiel de l’effondrement du trafic a été constaté en avril, dans le sillage immédiat de l’éclatement de la crise sanitaire mondiale. Les mois de mai et de juin ont été le théâtre d’une amorce de normalisation.

Le segment du luxe a été tout particulièrement dévasté, avec une chute de plus de 70% des exportations et de plus de 80% des importations dans la bijouterie-joaillerie. En intégrant l’horlogerie, les exportations de ce secteur ont été amputées de moitié à 4,1 milliards, générant à elles seules les deux tiers de la baisse totale.

Importations en hausse depuis la Chine

Du côté des importations, le groupe textiles, habillement et chaussures fait figure de miraculé, avec un volume record de 3,2 milliards de francs. Toutes les autres catégories de biens ont reculé, les voitures de tourisme essuyant la pire performance depuis 1998.

Si les échanges ont ralenti avec la plupart des pays d’approvisionnement et des débouchés, le trafic vers et depuis la Chine a sensiblement augmenté sur la période. Les importations en provenance de l’ex-Empire du Milieu ont établi une nouvelle marque 4,5 milliards de francs.

(ATS/NXP)

Ton opinion