Covid-19: La pandémie: une opportunité pour se former
Publié

Covid-19La pandémie: une opportunité pour se former

Le coronavirus a été un choc pour l’économie. Les employés réagissent en plébiscitant les formations continues qui permettent d’élargir leurs perspectives professionnelles. La tendance touche tous les secteurs.

par
jbm
Passer un permis de cariste, par exemple, permet d’ajouter une corde à son arc.

Passer un permis de cariste, par exemple, permet d’ajouter une corde à son arc.

E.T. Studhalter/SUVA

Le PIB suisse a régressé de 3,5% en 2020, tandis que le taux de chômage vient de grimper à 3,7%. Les travailleurs intérimaires ont été particulièrement touchés par cette crise liée au coronavirus. Ce secteur, qui réunit toutes sortes de profils, a enregistré une baisse de 14% l’an dernier. La réaction de ces personnes face à cette situation est intéressante: elles poursuivent et complètent leur formation.

C’est ce que montrent les nouveaux chiffres de Swissstaffing, fonds de formation continue géré par les syndicats et l’association des agences de placement. Ce fonds appelé Temptraining met 5000 francs à disposition des membres désirant suivre une formation continue. En 2020, les demandes ont atteint un niveau record. À l’automne, elles avaient augmenté de 45% par rapport à 2019. Le fonds a versé un total de 14 millions de francs l’année dernière. «Les chiffres montrent que la tendance s’étend à tous les secteurs économiques», déclare Myra Fischer-Rosinger, directrice de Swissstaffing, dans le «SonntagsBlick.»

Palette de cours variée

Le Fonds Temptraining propose plus de mille cours dans des centres d’enseignement à travers le pays. Ils reflètent la diversité du secteur des travailleurs temporaires. L’année dernière, un cinquième de toutes les formations étaient des cours de langue, tandis que les formations en matière de sécurité au travail représentaient la même proportion. Un intérimaire sur dix a suivi des cours dans le domaine de la construction. Et 14% des travailleurs temporaires ont eu un cursus dans le domaine du transport et de la logistique – par exemple pour devenir cariste (conducteur de chariot élévateur).

Constats contrastés dans d’autres secteurs

Cette tendance à la formation continue va au-delà du secteur temporaire, indique Korab Macula, de l’association de salariés Employés Suisse. «Nous constatons cette flambée dans tous les domaines. De nombreux employés ont perdu leur emploi, d’autres ont peur. Ils ont compris qu’ils doivent faire face.» L’association a introduit le CV-Booster pour ses membres, site d’évaluation qui montre dans quels domaines il est urgent de consolider ses acquis.

Mais toutes les entreprises ne vont pas aussi loin. Le Baromètre suisse des ressources humaines de l’Université de Lucerne montre qu’en 2020, l’offre de formation en entreprises a diminué; 38% des salariés n’ont pas eu cette possibilité du tout.

Ton opinion