«Black Panther»: La Panthère Noire rate son coup de griffes
Publié

«Black Panther»La Panthère Noire rate son coup de griffes

Le premier superhéros de BD noir, créé en 1966 par Stan Lee, arrive au ciné. Une première qui nest pas gage de réussite.

par
Catherine Magnin

A la suite du décès de son père, T'Challa (Chadwick Boseman) monte sur le trône du Wakanda, mystérieux pays africain devenu très évolué grâce au vibranium, métal dont il regorge. T'Challa hérite ainsi des superpouvoirs de Black Panther. C'est alors que Killmonger (Michael B. Jordan) le défie...

Très attendu par la communauté noire américaine, «Black Panther» a l'avantage de tenir sur ses pattes sans nécessiter une connaissance encyclopédique de l'univers Marvel, pas même des derniers «Avengers». La sortie du film de Ryan Coogler est-elle pour autant à marquer d'une pierre blanche? Oui, diront les tenants d'une représentation équitable des minorités ethniques à Hollywood. Remarquons tout de même que le film inverse quasiment la donne, ne réservant aux Blancs que des rôles sans grande épaisseur. Le scénario ne se prive pas de quelques piques bien senties, tel ce Wakanda conçu comme ce qu'aurait pu être l'Afrique si elle n'avait pas été spoliée de ses richesses par les colons.

Effets spéciaux ratés

C'est bien beau tout ça. Ça l'aurait été davantage si «Black Panther» avait été une réussite esthétique. Certes, les personnages sont tous bien campés. Mais visuellement, quelle laideur! La débauche d'effets ­spéciaux désincarne tout. Leur approximation rend moches aussi bien la représentation du Wakanda que l'incontournable bataille géante finale... quand elle ne prête pas à rigoler. Bref, en guise de premier cri, la panthère miaule plus qu'elle ne rugit.

«Black Panther»

De Ryan Coogler. Avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong'o, Martin Freeman.

Sortie le 14 février 2018

**

Ton opinion